Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Ubisoft profite de la publication ses résultats trimestriels pour promettre des changements majeurs suite au scandale de harcèlement,
Plusieurs mesures ont été annoncées par le groupe

Le , par Axel Lecomte

8PARTAGES

4  0 
Depuis fin juin 2020, des employés et ex-employés d'Ubisoft ont révélé sur Twitter l'existence de comportements inappropriés et de harcèlement dont ils étaient victimes. Ceux-ci visaient des cadres des studios des États-Unis, de Toronto, de Montréal, du Brésil et de la Bulgarie. L'éditeur de jeux vidéo français avait alors décidé d'ouvrir une enquête le 26 juin. Deux semaines plus tard, le groupe a annoncé le départ de plusieurs hauts responsables. Déterminé à améliorer l'image d'Ubisoft, le PDG Yves Guillemot, a promis des « changements majeurs » et a annoncé le 22 juillet plusieurs mesures pour faire la lumière sur cette affaire et pour éviter que ce genre de problème ne se reproduise.

Cette annonce intervient en même temps que la publication de résultats trimestriels records, marqués par une augmentation de 17,6 % de son chiffre d'affaires au premier trimestre de son exercice 2020-21, à 427,3 millions d'euros. De plus, les réservations nettes ont été mises en avant par le groupe puisqu'elles se sont élevées à 410 millions d'euros entre avril et juin, soit 30,5 % de plus que les prévisions établies par l'éditeur.


Changements majeurs suite au scandale de harcèlement

« Alors que les performances actuelles d'Ubisoft et les perspectives commerciales sont plus fortes que jamais, nous sommes néanmoins confrontés à un défi très sérieux suite aux récentes allégations et accusations de mauvaise conduite et de comportement inapproprié au sein de notre groupe. Je suis déterminé à apporter de profonds changements afin d'améliorer et de renforcer notre culture d'entreprise », a déclaré Yves Guillemot.

« Nous avons déjà agi rapidement et fermement, en annonçant et en introduisant des initiatives de grande envergure destinées à transformer notre organisation. Notre objectif primordial est de faire en sorte que tous les employés d'Ubisoft bénéficient d'un environnement de travail sûr et inclusif. En tant que leader de notre secteur, nous devons faire preuve d'intransigeance afin de créer une culture exemplaire où chacun se sent respecté et valorisé. C'est essentiel pour que tous les talents qui composent Ubisoft se sentent épanouis dans leur travail », a-t-il ajouté.

Le groupe a présenté un plan d'action basé sur cinq axes :

  1. « Une série d'enquêtes menées par des consultants externes indépendants est en cours sur ces allégations avec toute la rigueur nécessaire. En outre, une plateforme d'écoute et d'alerte confidentielle gérée par un tiers a été mise en place pour permettre aux employés ainsi qu'aux personnes extérieures de signaler de manière anonyme tout harcèlement, discrimination ou autre comportement inapproprié. Sur la base des conclusions de ces enquêtes, toutes les mesures appropriées sont et seront prises. La société externe publiera des rapports réguliers au conseil d'administration d'Ubisoft. À ce jour, plusieurs personnes, y compris des cadres supérieurs, ont quitté le groupe ou ont renoncé à leur rôle au sein de la société, certaines ayant été licenciées ou ayant démissionné et d'autres ayant été suspendues. Une unité de soutien et de récupération a également été mise en place, qui sera supervisée par une organisation spécialisée dans l'aide aux victimes de harcèlement » ;
  2. « Une révision de la composition et de la réorganisation du département éditorial a été entreprise sous la direction d'Yves Guillemot, avec un remaniement de la façon dont les équipes travaillent ensemble » ;
  3. « Le groupe a entrepris une transformation de ses processus RH afin de mieux prévenir, détecter et sanctionner les comportements inappropriés. À cette fin, il a choisi une société de conseil de premier plan pour réaliser un audit externe. Il a également été décidé qu'une partie des primes des chefs d'équipe sera liée à leur capacité à créer un environnement de travail positif et inclusif. Enfin, le groupe entend lancer une campagne de sensibilisation au harcèlement auprès de l'ensemble de ses salariés qui prendra la forme de modules de formation » ;
  4. « Ubisoft a lancé un questionnaire à l'échelle du groupe pour obtenir leur avis de manière totalement anonyme, et a mis en place des sessions de discussion et d'écoute pour les employés sur tous ses sites afin de répondre à leurs suggestions et préoccupations et d'identifier les domaines à améliorer » ;
  5. « Un responsable de la culture du lieu de travail a été nommé et un nouveau poste de responsable de la diversité et de l'inclusion a été créé. Le poste est ouvert aux candidats internes et externes. Ces deux fonctions relèveront directement d'Yves Guillemot ».

Un premier trimestre record

Le scandale ayant apparu en juin, celui-ci n'a pas impacté les résultats trimestriels d'Ubisoft. L'éditeur a même enregistré un premier trimestre record, favorisé par le confinement. Dans le détail, Ubisoft a enregistré un chiffre d'affaires en progression de 17,6 % sur un an, à 427,3 millions d'euros. Les « net bookings » ont atteint 410 millions d'euros, soit 30,5 % de plus que l'objectif fixé par le groupe. De leur côté, les « digital net bookings » ont représenté à elles seules 86,7 % des net bookings, à 355,4 millions. En outre, l'engagement et le nombre de joueurs ont atteint un niveau record sur les trois derniers mois écoulés.


Du côté des titres, les net bookings de Just Dance ont explosé de plus de 500 % sur un an, loin devant Assassin's Creed (60 %) et Tomy Clancy's Rainbow Six Siege (30 %).

« Notre entreprise est excellente. Nous avons réalisé un premier trimestre record et avons considérablement dépassé nos attentes en matière de recettes, avec des niveaux d'engagement historiquement élevés », s’est réjouit Frédérick Duguet, directeur financier d'Ubisoft. « Cette performance est due à la profondeur de notre catalogue et à la qualité de nos services en direct, qui ont été soutenus par la dynamique du secteur et la forte exécution de nos équipes. En particulier, la franchise Assassin's Creed a connu une accélération impressionnante sur le dos de la révélation Assassin's Creed Valhalla. En parallèle, Rainbow Six Siege a continué à se développer de manière robuste malgré une concurrence accrue, et la franchise Just Dance a poursuivi son solide retour », a-t-il ajouté.

Pour le deuxième trimestre, Ubisoft prévoit une baisse de 16 % des net bookings sur un an, à 290 millions d'euros, les performances étant considérablement améliorées par les premières livraisons physiques de Tom Clancy's Ghost Recon Breakpoint entre juillet et septembre 2019. Sur toute l'année fiscale, l'éditeur maintient ses objectifs « qui reflètent à la fois ses bonnes performances actuelles et les incertitudes externes liées à la crise du Covid-19 ». Ainsi, Ubisoft prévoit des net bookings comprises entre 2,35 et 2,65 millions d'euros ainsi qu'un résultat d'exploitation hors IFRS entre 400 et 600 millions d'euros.

« Les prochaines semaines et les prochains mois verront la sortie de la gamme la plus ambitieuse du secteur, avec une profondeur sans précédent de jeux payants et gratuits. Ubisoft Forward a été une étape importante et la réaction de nos fans a été très prometteuse. Nous avons atteint un record d'audience simultanée (CCV) lors de cet événement, surpassant nos précédentes conférences de l'E3. Au cours des derniers mois, le puissant impact des jeux Assassin's Creed Valhalla, Far Cry 6 et Hyper Scape, combiné au retour réussi de Watch Dogs : Legion, nous permet d'envisager l'année à venir avec confiance », explique Frédérick Duguet.

« Nous investissons pour créer une valeur significative à long terme pour nos équipes, nos joueurs et nos actionnaires. Nous sommes déterminés à construire une entreprise durable, inclusive et responsable. Ubisoft a toujours appris des défis auxquels il est confronté, en émergeant meilleur et plus fort, et je suis absolument déterminé à faire en sorte qu'il le fasse à nouveau aujourd'hui », conclut Yves Guillemot.

Source : Ubisoft

Et vous ?

Que pensez-vous des mesures prises par Ubisoft face aux accusations de harcèlement ?
D'après vous, ce scandale aurait-il des impacts sur les prochains résultats de l'éditeur ? Si oui, lesquels ?

Voir aussi :

Confronté à un scandale de harcèlement sexuel, Ubisoft décide de remanier sa direction et se sépare de Serge Hascoët, une figure centrale de l'entreprise que certains estimaient « intouchable »
Ubisoft reporte la sortie de trois titres majeurs, y compris Watch Dogs Legion et Gods and Monsters, et s'effondre en Bourse après l'annonce de profits en baisse pour l'exercice actuel
Les femmes dans le secteur du jeu vidéo dénoncent le sexisme et le harcèlement dont elles sont victimes, plusieurs d'entre elles partagent leurs expériences sur les réseaux sociaux
Google a licencié des dizaines d'employés pour harcèlement sexuel depuis 2016, y compris 13 cadres supérieurs
Uber licencie plus de vingt employés à la suite d'une enquête de harcèlement sexuel, et envisage une refonte de son image et de son organisation

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !