Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Confronté à un scandale de harcèlement sexuel, Ubisoft décide de remanier sa direction et se sépare de Serge Hascoët,
Une figure centrale de l'entreprise que certains estimaient « intouchable »

Le , par Stéphane le calme

33PARTAGES

10  0 
Depuis fin juin, une centaine de personnes de l'industrie du jeu vidéo, pour la plupart des femmes, ont fait part d'accusations de discrimination, de harcèlement et d'agression sexuelle. Elles ont partagé leurs histoires dans des déclarations publiées sur Twitter, YouTube, Twitch et la plateforme TwitLonger. Le déferlement d'histoires de joueurs et de streamers a conduit à la démission du PDG d'une importante société de gestion des talents pour les streamers et à un moment de réflexion pour une industrie qui a souvent été confrontée au sexisme, à l'intimidation et aux allégations d'abus.

C'est dans ce contexte que de tels témoignages anonymes d'employés ou d'ex-employés d'Ubisoft sont apparus sur Twitter, visant des cadres des studios de Toronto et Montréal, mais aussi au Brésil, en Bulgarie et aux États-Unis, et concernant parfois des faits remontant à plusieurs années. Pour y faire face, le PDG de l'éditeur de jeux vidéo français avait promis des « changements structurels » et l'entreprise a annoncé l'ouverture d'une enquête le 26 juin 2020. Dans un communiqué diffusé dans la nuit de samedi à dimanche 12 juillet 2020, le groupe a annoncé le départ de plusieurs hauts responsables.

« Ubisoft a annoncé aujourd’hui des changements importants au niveau de sa direction. Ces changements font partie intégrante du travail global mené par la Société pour améliorer et renforcer sa culture d’entreprise », énonce le communiqué. «  Les départs annoncés aujourd’hui font suite à un examen rigoureux que la société a mené en réponse aux récentes allégations et accusations de mauvaise conduite et de comportements inappropriés. »

Précisément, le numéro deux de l’entreprise « Serge Hascoët a choisi de démissionner de son poste de chief creative officer [directeur de la création], avec effet immédiat. Ce rôle sera assumé dans l’intérim par Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft », a souligné l’entreprise. Entré chez Ubisoft en 1988, deux ans après la création du groupe, Serge Hascoët occupait le poste de directeur créatif de la firme depuis vingt ans. Il a fortement contribué à faire du Français un poids lourd mondial du jeu vidéo avec une présence dans 30 pays et plus de 18 000 salariés.

Il faut dire que les enquêtes dans lesquelles de nombreux employés et ex-employés ont dénoncé des faits de sexisme, homophobie, harcèlement sexiste et sexuel, tentative d’agression sexuelle, qui n’auraient pas été pris au sérieux par certains managers et RH de la société, ont fusé sur la toile depuis peu. Serge Hascoët, directeur créatif très reconnu dans le monde du jeu vidéo, considéré comme le bras droit du PDG Yves Guillemot, était notamment mentionné à de nombreuses reprises comme ayant fermé les yeux, voire encouragé cet environnement.


Jason Schreier, Video game reporter pour le compte de Bloomberg News

Serge Hascoët (directeur créatif et considéré comme le numéro 2 de l’entreprise), Yannis Mallat (directeur des studios Ubisoft au Canada) et Cécile Cornet (directrice Monde des RH) ont tous les trois démissionné de leur poste. Tout comme Serge Hascoët, Yannis Mallat quitte l’entreprise, et non pas seulement son poste. Seule Cécile Cornet a uniquement démissionné de son poste, et non de l’entreprise.

« Yannis Mallat, dirigeant des studios canadiens d'Ubisoft, quitte ses fonctions et la Société avec effet immédiat. Les récentes allégations apparues au Canada à l'encontre de nombreux salariés ne lui permettent pas de continuer à assurer ses responsabilités », a détaillé l'entreprise. En outre, « Ubisoft va nommer un nouveau responsable monde des ressources humaines, en remplacement de Cécile Cornet, qui a décidé de démissionner de ce poste, et ce, dans l'intérêt de l'unité du groupe ».

« Ce n'est pas acceptable. Tout comportement toxique est en opposition totale avec les valeurs avec lesquelles je n'ai jamais transigé et avec lesquelles je ne transigerai pas », a affirmé le dirigeant. Yves Guillemot « supervisera personnellement une refonte complète du mode de collaboration des équipes créatives », a promis Ubisoft

« Alors que nous nous engageons collectivement à construire un Ubisoft meilleur, j’attends de tous les managers du groupe qu’ils accompagnent leurs équipes avec le plus grand respect », a appuyé Yves Guillemot.

L'entreprise, qui compte 18 000 salariés dans le monde, dont 22% de femmes, « a également décidé de restructurer et renforcer la fonction » ressources humaines et va faire « auditer et améliorer ses procédures et politiques » en la matière, a-t-elle assuré. Nombreux témoignages Les départs de Serge Hascoët et Cécile Cornet avaient été réclamés samedi par la section syndicale Solidaires Informatique d'Ubisoft, dans un tract en ligne reprenant des témoignages d'employés parus en particulier dans l'édition de samedi du quotidien français Libération.

Ce lundi, le cours de l'enseigne française du jeu vidéo a décroché de plus de 5 %, en début d'après-midi à la Bourse de Paris. Ce qui représente un recul de près de 500 millions d'euros de la capitalisation boursière du groupe tricolore. « Ces événements contribuent à la baisse du cours de Bourse aujourd'hui », note Charles-Louis Planade analyste financier jeu vidéo chez Midcap partners. « Mais le point majeur de cette chute est dû aux annonces de dimanche qui ont déçu les investisseurs et les joueurs », estime-t-il.

Source : Ubisoft

Voir aussi :

Les femmes dans le secteur du jeu vidéo dénoncent le sexisme et le harcèlement dont elles sont victimes, plusieurs d'entre elles partagent leurs expériences sur les réseaux sociaux
Ubisoft a construit une nouvelle IA pour apprendre à une voiture à se conduire dans un jeu de course, en utilisant l'apprentissage par renforcement
Ubisoft sponsorise la bibliothèque d'interface utilisateur pour C++ « Dear ImGui », suite à son adhésion au Blender Development Fund pour soutenir l'animation open source
Ubisoft reporte la sortie de trois titres majeurs, y compris Watch Dogs Legion et Gods and Monsters, et s'effondre en Bourse après l'annonce de profits en baisse pour l'exercice actuel

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Blaspheme
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 20:09
En tant qu'homme je suis toujours effaré de voir une levée de boucliers systèmatique de la part d'autres hommes quand on met en avant des problèmes reliés aux femmes.

Puisque tout le monde y va de sa propre statistique, voici la mienne: Dans mon entourage familial je suis au courant de 10 agressions physique ou sexuelle. 7 sur des femmes, 3 sur des hommes. 10 commises par des hommes.
Avant de me jeter sur le #meetoo comme si c'était le diable en talon haut, je vais essayer de faire mieux en tant qu'homme. De réfléchir à pourquoi les femmes ont encore besoin de faire valoir leurs droits si ces derniers sont supposés êtres égaux à ceux des hommes. Peut être qu'il y a de l'exagération dans certains cas, mais pour l'heure j'ai le sentiment que le combat des femmes est loin d'être gagné.
8  2 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/07/2020 à 11:42
Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
Ce n'est pas parce que votre femme a eu la chance de ne jamais avoir eu aucun problème que c'est le cas pour toutes les femmes malheureusement.
jusque là, d'accord.

Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
Ouais sauf que les hommes ne meurent pas sous les coups d'une femme et que les hommes ne sont font pas violer au bureau.
C'est plus rare, certes. Mais au service militaire, on a essayé de me violer. Je m'en suis sorti (je passe les détails), mais j'étais sur mon lieu de travail (enfin, l'ordinaire, nom du restaurant pour les pious-pious). Quand Alyssa Milano a raconté le viol dont elle a été victime en plein plateau de tournage, sous des dizaines d'yeux, je me suis dit "tiens, je suis passé par là, et ça a failli être aussi grave, si je n'avais pas réagi aussi violemment". Même la date et l'âge des protagonistes colle. C'est juste un contexte professionnel différent.

Merci donc de ne pas transformer des tendances statistiques réelles en des vérités absolues et systématiques.

Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
Étrange dans mon école primaire il y avait autant d'hommes que de femmes, avance tes sources parce que là...
Là, c'est lui qui commet l'erreur que je te reproche ci-dessus - il généralise de manière systématique une simple tendance statistique.

Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
Sans le combat des féministes nous n'aurions pas le droit de vote de divorcer d'avorter. Juste au dessus vous dites de ne pas mettre tout le monde dans le même paquet et là vous mettez toutes les féministes dans le même paquet.
ben oui, mais toi tu ignores ci-dessus que des hommes aussi peuvent être victime.

Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
Il y a des extrémistes partout, pas pour ça que le combat principal du féminisme est noble.
relis bien ta phrase, je ne pense pas qu'elle dise ce que tu voulais dire.

Citation Envoyé par 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ Voir le message
Tu as vraiment une vision simpliste.
J'aimerais voir comment tu réagirais si un gars de 2 mètres te tripotait les fesses en te coinçant dans un coin.
Je pense que c'était de l'ironie. Peu importe. J'ai été dans cette situation. Il faut apprendre aux gens à se défendre. L’agressivité et la colère ont sauvé mes fesses (au sens premier du terme). On apprend aux jeunes filles à être des princesse mijaurées (aspect qui disparaît vite avec la pratique de sports de contact, judo, handball...). Résultat, elles n'osent pas se défendre, et le prédateur le sait. Le mien a vite compris qu'il allait percevoir la misère si il insistait. Mais j’avais 6 ans de judo et 10 ans de hockey sur glace derrière mois. Ca aide à avoir confiance en sa capacité à rentrer dans le lard de l'importun.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
C'est surtout qu'elles font du cherry picking à ne prendre que les éléments qui les arrangent, et mentent sur les chiffres de manière éhontées.
Parfois vrai, mais ce n'est pas comme si tu faisais autrement sur les sujets sociologiques.

Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Note que les mecs qui perdent une garde à cause d'une mégère, ça arrive et c'est un vrai sujet. Le problème est qu'ils ne sont pas entendus parce qu'ils répètent exactement la même chose que la très grande majorité d'hommes coupables.
Merci de me relancer sur ma marotte du moment : la dichotomie généralités/individus. Ton exemple est une illustration parfaite. On a des stats assez précises sur la violence conjugale, et fort souvent (mais pas toujours), c'est monsieur qui tape madame. C'est une information utile, elle permet de savoir comment orienter la prévention. Information statistique par contre totalement inutile quand on aborde les individus. On ne sait pas si on est dans la généralité statistique ou dans une exception. Je pense que c'est ça qui rend Neckara fou (il me corrigera si je me trompe) - on l'accuse lui parce-que des statistiques incriminent le groupe auquel il appartient. Alors que lui, il n'a peut-être rien à se reprocher (on va assumer que c'est le cas). Il se sent donc injustement accusé, via une projection de statistiques vers l'individu.

Il ne faut pas commettre l'erreur inverse. Si je déduisais de l'agression dont j'ai été victime que les hommes sont tout aussi souvent victimes que les femmes, je ferais une projection de l'individu vers le collectif. Erreur logique tout aussi dramatique. Et tout aussi fréquente.
6  1 
Avatar de xarkam
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 13/07/2020 à 18:09
Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message

c'est déjà compliqué en tant que femme de travailler
Je pense que c'est déjà compliqué de travailler tout cours.
D'expérience personnel, ma femme n'a jamais eu de problème pour trouver du travaille dans sa branche (elle est développeuse). Elle est même très courtisée par les recruteurs.

Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message

encore plus dans un milieu avec majoritairement des hommes
J'ai bossé 4ans dans un milieu majoritairement féminin. La première réaction des femmes lorsque je suis arrivé: "c'est un gay".

Il n'y a pas que les hommes qui ont des stéréotypes.

Et si je vais plus loin, certains corps de métiers comme la petite enfance ne sont plus visés par les hommes, non pas par ce que cela ne les intéressent pas, mais tout simplement par ce qu'il seront suspectés d'être un pédophile.
C'est ainsi que dans les écoles pour enseigner au 6 / 12 ans, on ne retrouve plus un seul hommes.




Quant à Ubisoft, c'est un effectif de 18000 personnes. Et je suis convaincu que sur ces 18000 personnes, c'est une ultra minorité. Je vois mal une entreprise de 18k en personnel avoir 14000 harceleurs masculins envers 4000 femmes.
Seulement, nous avons des féministes qui ont pris le sujet à bras le corps pour faire passer tous les hommes de cette boites pour des agresseurs sexuel.

Un environnement de travaille toxique ne veut pas dire que c'est obligatoirement et exclusivement un environnement d'harcèlement sexuel.
L'environnement peut-être toxique tout simplement par la pression exercée sur les employés pour des deadline impossible à tenir de manière récurrente.


Encore aujourd’hui, en interne, nombreux sont les employés qui préfèrent ne « pas s’en mêler », privilégiant une prétendue neutralité — qui favorise de facto le status quo, et donc un système qui protège moins les femmes.
Ce n'est pas quelque chose de propre à Ubi.
Les personnes ne veulent pas être dans la ligne de mire de la hiérarchie.

Par ce que tout ce que les témoignages montrent, c'est que c'est la hiérarchie qui a été en défaut.
C'est vite dit de dire les gens me soutiennent pas, mais si ce n'est pas la majorité absolue, alors ceux qui soutiennent sont gentiment remerciés d'aller trouver un job ailleurs.
9  5 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 21:58
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Les femmes se suicident moins probablement en grande partie parce qu'elles vont plus facilement chercher de l'aide psychologique quand elles en ont besoin
Non, en fait, les femmes font plus de tentatives de suicide que les hommes. Si, au final, les hommes se suicident plus que les femmes, c'est surtout parce que, pour se suicider, ils ont tendance à utiliser des méthodes plus efficaces. Par exemple, la pendaison et les armes à feu sont plus efficaces que l'intoxication médicamenteuse.
Plus d'infos ici : https://solidarites-sante.gouv.fr/pr...cide-en-france
et là : https://fr.wikipedia.org/wiki/Diff%C...selon_le_genre
5  1 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 7:23
Les plaisanteries sur le sexe, c'est comme les blagues sur les juifs. On peut se le permettre si l'on a les fesses propres, avec des gens qui vous connaissent et qui savent faire la différence entre vos plaisanteries et une façon humoristique de dire tout haut ce que vous pensez tout bas
7  4 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 21:28
Les deux sexes subissent des discriminations, même si, de mon point de vue, en moyenne, les femmes subissent plus le sexisme que les hommes.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
C'est pas toi qui se fait frapper par son mari alcoolique le soir en rentrant du boulot car monsieur n'a pas mangé à l'heure.
Par contre, c'est toi qui a choisi de vivre, et de continuer à vivre avec ce mari alcoolique...
Attention au victim blaming. Certaines ont moins le choix que d'autres (ex : dépendance financière, présence d'enfants) et, même quand une victime a du choix, la personne à blâmer reste l'agresseur.
6  3 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/07/2020 à 10:58
Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
T'as déjà vécu ça en tant que femme pour parler de ce sujet ?
Quand tu ne croises personnes, ton sexe ne change rien...
La probabilité de croiser quelqu'un la nuit est très faible. Ces histoires d'agressions dépendent beaucoup de la géographie, il y a des coins plus calme que d'autres.

Dans votre discours on a l'impression que toutes les femmes sont des victimes et que tous les hommes sont des agresseurs.
Il y a des filles qui vivent à la campagne qui doivent beaucoup marcher seule la nuit et qui n'ont jamais été agressé (pas un seul "Hey mademoiselle !" ou quoi que ce soit).
Bon par contre si tu prends le métro dans une grande ville c'est pas les mêmes ambiances.

Ce n'est pas parce que t'es un homme que t'es plus en sécurité (t'as peut-être un peu moins de risque de te faire violer).
Grenoble : un homme dans un état grave après avoir été agressé en pleine rue
Bordeaux. Un jeune homme poignardé en pleine rue pour une remarque
Drôme : un homme de 86 ans agressé et volé dans sa caravane en pleine nuit
Que tu sois un homme, une femme, jeune, vieux, pauvre, riche, etc, tu peux te faire agresser.

Bon après ça doit être statistiquement plus facile d'agresser une femme qu'un homme, parce qu'elles sont globalement physiquement plus faible. Mais aujourd'hui il y énormément d'hommes faibles et de femmes fortes.

Bref, le sujet c'est des personnes en haut de la hiérarchie d'Ubi Soft qui faisaient n'importe quoi.
Les RH ont protégées les agresseurs et c'est contraire à leur rôle.
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/07/2020 à 11:49
Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
les femmes se font plus agresser sexuellement que les hommes
Ouais mais les femmes sont meilleures dans d'autres types d'agressions, elles sont généralement plus doués dans la torture psychologique par exemple.

Psycho : «Les passifs-agressifs jalousent la réussite»
Cela vient-il de l'éducation qu'ils ont reçue?

En partie, mais lorsqu'on regarde les différentes courbes des agressions, ainsi que le fait le chercheur canadien Richard Tremblay, on observe que dans la majorité des cas, l'agression est très fréquente chez les jeunes enfants, monte jusqu'à l'âge de 17 ans, puis se normalise avant de diminuer et redescendre à partir de l'âge de 40 ans. Or, chez les femmes, cette courbe s'inverse car elles auront tendance à commettre, en avançant dans l'âge, des agressions indirectes: faire circuler une rumeur sur une copine, dévoiler son secret, multiplier les «coups vaches» à son encontre… Cela vient, outre la constitution physique, d'une éducation qui réprimande l'agressivité directe chez le sexe féminin, favorisant ainsi des formes plus insidieuses.
Dans certains couples la femme agresse l'homme psychologiquement pendant des années et le jour où l'homme lui met une baffe c'est fini pour lui, il n'arrivera jamais à prouver qu'il a été poussé à bout.
La maltraitance psychologique ne laisse pas de trace physique en principe.
Si un couple ne fonctionne pas il faut qu'il se casse avant que la situation dégénère.
3  0 
Avatar de tireb91913
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 13/07/2020 à 17:14
Bonne nouvelle,

c'est déjà compliqué en tant que femme de travailler, encore plus dans un milieu avec majoritairement des hommes alors si en plus de ça ils ne sont pas corrects ...

Pourvu que ça continue, la société avance petit à petit
7  5 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 15:27
Ces statistiques vont jusqu'en 2017. Je complète avec les chiffres de 2018 : 149 personnes tuées par leur partenaire ou expartenaire dont 121 femmes et 28 hommes.
La méthodologie employée consiste à exploiter et recouper les morts violentes recensées par chaque service de police et unité de gendarmerie. A l’issue de ce recensement, la Délégation aux victimes analyse chaque décès individuellement. Plusieurs mois sont indispensables à la réalisation de l’ensemble de ces travaux, afin notamment de laisser le temps nécessaire aux enquêteurs pour déterminer la véritable qualification pénale des faits révélés et garantir la qualité des données figurant dans l’étude.

En 2018, 149 personnes sont décédées sous les coups de leur partenaire ou de leur expartenaire de vie (contre 151 en 2017 et 157 en 2016).

Parmi ces victimes, on dénombre 121 femmes (contre 130 en 2017), et 28 hommes (contre 21 en 2017).
https://www.interieur.gouv.fr/Actual...sein-du-couple

EDIT : ah, Neckara a été plus rapide que moi pour relayer les chiffres de 2018.
2  0