Vos recrutements informatiques

700 000 développeurs, chefs de projets, ingénieurs, informaticiens...

Contactez notre équipe spécialiste en recrutement

Tutoriels sur la théorie des collisions dans les jeux vidéo

Introduction

Vous programmez un jeu vidéo, et vous vous intéressez aux collisions d'objets. Est-ce-que mon personnage touche un ennemi ? Est-ce-qu'il touche le sol ? Est-ce-que mon curseur de souris, un viseur, touche un ennemi ? Tout ceci, ce sont des tests de collision. Les collisions sont un aspect fondamental de tout jeu d'action ou d'animation en général. Nous considèrerons une ou plusieurs fonctions Collision qui prendront en paramètre 2 objets, ou un objet et un monde fait de sols et de murs. Et ces fonctions renverront simplement un booléen, ayant donc pour valeur oui ou non, selon si ça touche ou non. Toute la gestion des collisions s'appuiera sur ces fonctions. Selon votre jeu, selon vos besoins, les fonctions de collisions seront différentes, mais renverront toujours « oui » ou « non ». Comment implémenter ces fonctions de collision en fonction de vos besoins ? C'est la raison d'être de ce tutoriel, qui vous présentera plusieurs méthodes. Les quelques fonctions d'exemple qui illustreront les différents cas seront codées en C, cependant facilement transcodables en d'autres langages.


À suivre

Ce chapitre s'étoffera avec le temps pour d'autre types des décors. Cette rubrique s'étoffera avec le temps, soyez patients ! Voici donc quelques techniques pour la gestion des collisions. Plus tard, je rajouterai des chapitres pour parler d'autres techniques, comme les collisions par masque, le pixel perfect, le quadtree, l'octree, le BSP… Merci de votre lecture. :)


Commentaires

Discutez de ces tutoriels sur le forum.


Cette page est valide HTML 5 et CSS 3

Copyright © 2013 - 2017 Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.