IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Unity envisagerait de plafonner les frais par installation et de permettre aux devs d'auto-déclarer les nombres d'installations
Mais ne donne aucun signe d'un abandon de sa politique controversée

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

6  0 
Les « modifications » récemment promises au nouveau plan controversé de frais par installation pour les développeurs pourraient inclure des limites strictes basées sur le chiffre d'affaires total d'une entreprise et sur l'auto-déclaration par les développeurs des nombres d'installation, selon un nouveau rapport.

Unity est sur la défensive après avoir reçu un intense retour de bâton sur une nouvelle structure de frais controversée, que les développeurs utilisant la plateforme ont dénoncé comme destructrice et injuste.

Unity a tenté de clarifier sa politique en précisant qu’elle ne compterait que les « nouvelles installations nettes » sur tous les appareils à partir du 1er janvier et que les développeurs ne paieraient pas de frais sur les réinstallations, les installations « frauduleuses » via des botnets et autres, les versions d’essai, les jeux web et en streaming, et les installations liées à des œuvres caritatives. Unity a également affirmé qu’elle offrirait des options de paiement flexibles et des réductions pour les développeurs indépendants et les studios de petite taille.

Cependant, ces clarifications n’ont pas suffi à calmer la colère des développeurs, qui ont continué à exprimer leur mécontentement et leur déception sur les réseaux sociaux. Certains ont accusé Unity de trahir sa vision originale d’un moteur de jeu accessible et démocratique pour tous. D’autres ont souligné que la politique était impraticable et imprévisible, car elle dépendait du nombre d’installations, qui peut varier considérablement selon les plateformes, les marchés et les promotions.

Certains développeurs ont noté que les modifications ont été apportées unilatéralement sans véritable avertissement aux développeurs, les enfermant dans un produit qu'ils n'ont d'autre choix que d'utiliser et de payer.

Brandon Sheffield, directeur du studio indépendant Necrosoft Games, a déclaré : « Nous n'avions pas prévu cela, et cela nous fout massivement sur Demonschool, qui est en passe d'être notre jeu le plus réussi ». « [Nous] n’avons pas la possibilité de dire non, puisque nous sommes sur le point de le sortir et que ce changement est dans 4 mois. Vous ne pouvez pas simplement refaire un jeu entier dans un autre moteur lorsque vous travaillez dessus depuis plus de 4 ans ».

Certains développeurs ont annoncé qu’ils allaient abandonner Unity au profit d’autres moteurs de jeu, comme Unreal Engine ou Godot. D’autres ont menacé de supprimer leurs jeux faits avec Unity ou de les retirer des services d’abonnement comme le Xbox Game Pass. Certains ont même envoyé des messages haineux et des menaces à Unity et à ses employés, ce qui a conduit la société à fermer temporairement ses bureaux de San Francisco et d’Austin.

Face à l'ampleur que prenait la situation, Unity a finalement reconnu son erreur et présenté ses excuses dans un message publié sur X (anciennement Twitter) : « Nous vous avons entendus ». Et de continuer en ces termes : « Nous nous excusons pour la confusion et l’angoisse que la politique de frais au runtime que nous avons annoncée mardi a causée. Nous écoutons, nous parlons à nos membres d’équipe, à notre communauté, à nos clients et à nos partenaires, et nous allons apporter des modifications à la politique. Nous partagerons une mise à jour dans quelques jours. Merci pour vos commentaires honnêtes et critiques ».


Rien n'avait filtré alors sur les modifications prévues par Unity à sa politique de tarification, encore moins si elles seraient suffisantes pour restaurer la confiance des développeurs envers le moteur de jeu. Certains développeurs ont accueilli favorablement le message d’excuse de Unity, mais d’autres sont restés sceptiques et méfiants. Ils attendent désormais de voir les actions concrètes que Unity va entreprendre pour répondre aux attentes et aux besoins de sa communauté.

Un aperçu de ce que prépare Unity

Le journaliste de Bloomberg, Jason Schreier, cite un enregistrement d'une réunion générale (retardée suite à une menace de mort) d'Unity pour rapporter que la société envisage provisoirement de limiter le total des frais à 4 % des revenus d'un jeu. Ce changement pourrait potentiellement atténuer les craintes selon lesquelles certains développeurs pourraient littéralement se mettre en faillite avec des jeux générant de nombreuses installations mais relativement peu de revenus par joueur dans le cadre de la structure tarifaire actuellement proposée.

Le rapport de Bloomberg suggère que cette limite s'appliquerait aux « clients gagnant plus d'un million de dollars », et il n'est pas clair comment les petits jeux et les développeurs seraient affectés par ce changement potentiel. À titre de comparaison, Unreal Engine d'Epic facture actuellement une redevance forfaitaire de 5 % sur tous les revenus des développeurs après le premier million de dollars des studios utilisant le moteur.

Unity envisage également de permettre aux utilisateurs de faire des « auto-déclaration » des données concernant leur nombre total d’installations à des fins de facturation. Unity avait précédemment déclaré qu’il « collecterait des données provenant de nombreuses sources » pour alimenter « son propre modèle de données propriétaire » suivant les installations des jeux, ce qui avait suscité des inquiétudes chez les développeurs quant à la confidentialité et à l’exactitude des rapports.

En outre, Unity pourrait changer sa politique afin que les comptes d’installations « ne soient pas rétroactifs » en ce qui concerne le respect des seuils minimaux pour les frais. Ce changement éviterait de pénaliser essentiellement les jeux qui ont généré beaucoup de ventes selon les conditions précédentes sans frais et donnerait un peu plus de marge aux jeux qui doivent sortir avant que ces conditions n’entrent en vigueur le 1er janvier 2024.

Dans la même réunion, plusieurs employés auraient demandé à la direction d'Unity comment l'entreprise pourrait regagner la confiance des développeurs après l'annonce catastrophique de la semaine dernière, confiance qui s'est encore érodée lorsqu'il a été découvert qu'Unity avait discrètement modifié ses conditions d'utilisation en avril pour supprimer une clause qui permettait aux développeurs de s'en tenir aux versions précédentes du document si les mises à jour avaient un impact négatif sur leurs droits.

Le PDG de Unity, John Riccitiello, aurait déclaré lors de la réunion que la société n’était pas encore prête à rendre publiques ses modifications de politique car elle devait encore les soumettre à ses partenaires et qu’elle ne voulait pas répéter le désastre de communication de la semaine dernière : « Je ne pense pas qu'il existe une version de cela qui se serait déroulée de manière très différente de ce qui s'est passé », aurait-il dit avant d'admettre « Je pense que nous aurions pu faire beaucoup de choses mieux ».

Les développeurs attendent maintenant de voir si Unity tiendra compte de leurs commentaires et s’il proposera des concessions suffisantes pour restaurer la confiance dans le moteur. Certains développeurs ont suggéré que Unity adopte un modèle plus transparent et équitable, basé sur le partage des revenus plutôt que sur le nombre d’installations. D’autres ont demandé que Unity renonce complètement aux nouveaux frais et revienne à son ancien modèle basé sur l’abonnement. Quoi qu’il en soit, il semble que Unity ait du pain sur la planche pour apaiser sa base d’utilisateurs mécontents.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de la prudence de Unity avant une quelconque communication sur le sujet ?
Que pensez-vous de cette approche plafonnée provisoire pour les grands comptes ?
Que pensez-vous de l'auto-déclaration des nombres d'installations ?
Quelle pourrait être une solution gagnant-gagnant pour les développeurs et l'entreprise ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/09/2023 à 10:22
Pour moi, le mal est fait, Unity a montré ce qu'il ne fallait pas faire.
Aux développeurs et studios de leur montrer qu'il y a d'autres acteurs valables sur le marché.
Toute cette com' foireuse de la part d'Unity va avoir des effets néfastes pour les prochaines années.
7  0 
Avatar de LittleWhite
Responsable 2D/3D/Jeux https://www.developpez.com
Le 21/09/2023 à 7:37
En titre, il est mentionné que Unity Technologies fait marche arrière, mais je ne crois pas que ce soit le cas. Ils font juste une pause, pour que la pilule passe (un peu mieux), pour que la foule se calme et après, ça va être la même chose.
Le journaliste de Bloomberg, Jason Schreier, cite un enregistrement d'une réunion générale (retardée suite à une menace de mort) d'Unity pour rapporter que la société envisage provisoirement de limiter le total des frais à 4 % des revenus d'un jeu.
6  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/10/2023 à 10:08
Incroyable, le PDG qui voulait forcer des frais était en fait l'ex directeur général d'EA. On dirait la fin d'un épisode de Scooby-Doo.
6  0 
Avatar de Jamatronic
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/09/2023 à 14:37
Citation Envoyé par Mister Nono Voir le message
(...) un premier principe est de ne pas être dépendant d'une société tierce (...)
Essayez de créer un jeu commercial sans aucun moteur ou autre framework / bibliothèque bien sophistiqué...
4  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/09/2023 à 12:01
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
pas si sur unreal est bien plus compliqué a utiliser. la ou unity etait top pour porototyper.

je penses plutot que cette histoire va ouvrir les yeux des devs a ce tourner vers leur propres moteurs, meme si l'investissement est plus important au debut, ils y gagneront sur le long terme.
Car les gros moteurs du marché peuvent faire comme unity et modifier leurs tarifs. une fois que les sociétés de par le modele de gratuité de ces moteurs a rendu leur salariés dependant.

windows a eté lache sur la lute anitpiratage de office et visual studio pour la meme raison. vendre a des société devenus dependantes de leur solutions
La compétence entre utiliser un moteur et faire quelque customisation et designer un moteur de A-Z fiable, performant, efficace en terme de développment (facilité à mettre en oeuvre, maintenance etc) n'est pas la même.
Pas sur que les petites boites arriveront à faire quoique ce soit avant de ne plus avoir d'argent et mettre la clé sous la porte.

Un petit exemple de cette galère ? Calemot Unchained ?

Et même si t'as l'argent faut les trouver les gens, ça ne court pas les rues, et je doute qu'il y en ait assez par rapport au nombre de petit studios.
3  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/09/2023 à 17:10
Une excellente décision, leur offrant une publicité énorme dû a la médiatisation d'Unity et de GODOT, tout en ouvrant la marche pour la création toute fraîche du fonds GODOT.

J'espère que d'autres studios indépendants emboîtent le pas pour donner plus de voix aux moteurs open-sources, qui s'avèrerait être une solution meilleure pour le long terme (?).
3  0 
Avatar de yvslms
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 23/09/2023 à 11:53
La suppression de l’écran d’accueil sur la version « Personal » et le relèvement du plafond est cette fois en totale cohérence avec la suppression de la version « Plus ». C’est une avancée notable, très intéressante pour les devs et petits studios.
L’assouplissement des conditions de tarifications va évidemment dans le bon sens en se rapprochant du modèle pratiqué par UE, mais cela sera-t-il suffisant pour regagner la confiance ? Non, en tout cas pas dans un premier temps sans un remaniement de l’équipe dirigeante. Le choc a été trop rude pour la communauté.
Cela dit, techniquement, on ne passe pas d’Unity à UE en un claquement de doigt, bien qu’UE soit plus performant sur certains points, l’usage, le positionnement, les méthodes, et mêmes les marchés ne se recouvrent pas complètement.
Une fois cette tempête passée, Unity aura encore de sérieux atouts et je reste optimiste sur le long terme.
3  0 
Avatar de yvslms
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/09/2023 à 13:54
Avec cette financiarisation massive, on finira par payer davantage pour les fonds de pensions américain que pour nos propres cotisations retraites.
Le seul espoir pour Unity serait un remaniement en profondeur de l’équipe dirigeante, ce qui est assez probable compte tenu du cours de l’action.
C’est à espérer, car Unity et UE ne sont pas interchangeables.
3  1 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 20/09/2023 à 14:49
Citation Envoyé par Unity
We have heard you. We apologize for the confusion and angst the runtime fee policy we announced on Tuesday caused. We are listening, talking to our team members, community, customers, and partners, and will be making changes to the policy. We will share an update in a couple of…
Qu'ils se rassurent; Il n'y a eu aucune confusion lors de ce changement, nous sommes parfaitement lucides et capables comprendre de ce qu'il en ressort.

Pour étayer, voici les rémunérations des responsables Unity pour les dernières années.
2  0 
Avatar de yvslms
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/09/2023 à 19:37
La perspective pour Godot d'accèder à un modèle économique équivalent à celui de Blender pour la 3D ?
Il y a un très long chemin à parcourir mais on ne peut que les encourager.
2  0