IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des parents déclarent que leurs enfants refusent de manger ou de se doucher à cause de leur addiction au jeu vidéo Fortnite :
Qui de l'éditeur Epic Games ou des parents est le plus à blâmer ?

Le , par Patrick Ruiz

12PARTAGES

6  0 
Des parents déclarent que leurs enfants refusent de manger ou de se doucher à cause de leur addiction au jeu vidéo Fortnite. C’est ce qui ressort d’une action collective en justice contre Epic Games que le juge de la Cour supérieure du Québec Sylvain Lussier vient d’autoriser. Il ramène ainsi sur la table plusieurs questions qui divisent l’opinion à l’échelle mondiale depuis des années : les jeux vidéo sont-ils comparables à de la drogue ? Qui des éditeurs ou des parents est le plus à blâmer pour ce qui est des comportements déviants des enfants dont certains sont d’avis qu’ils résultent de l’exposition aux jeux vidéo ?

Le positionnement chinois sur ces questions laisse penser qu’il revient aux parents d’assurer l’encadrement de leur progéniture. C’est la raison pour laquelle le gouvernement chinois interdit aux jeunes de moins de 18 ans de jouer à des jeux vidéo pendant plus de trois heures par semaine. L’interdiction aux adolescents de moins de 18 ans de jouer à des jeux vidéo pendant plus de trois heures par semaine s’applique aux plateformes de jeux vidéo. Le régulateur leur impose de ne proposer des jeux en ligne aux mineurs que de 20 heures à 21 heures les vendredis, week-end et jours fériés. La manœuvre s’inscrit dans ce que les autorités du pays considèrent comme la lutte contre de « l’opium spirituel. »

La posture chinoise contraste avec ceux de pays comme les USA où le gouvernement ne prend pas de position ferme. Résultat : les parents versent en aveux d’impuissance. « LN joue donc à Fortnite sur une base quasi-quotidienne depuis plusieurs mois et il devient très frustré et fâché lorsque ses parents tentent de limiter le temps qu’il passe à jouer. Lorsqu’il joue à Fortnite en réseau avec ses amis son langage est très agressif et vulgaire alors que dans la vie courante c’est un enfant sage et posé ayant un bon vocabulaire. Lorsqu’il perd il s'énerve et commence à jouer inlassablement jusqu’à ce que ses parents lui demandent d’arrêter, ce qui est une grande source de conflit. Dès qu’il invite des amis à la maison, la principale activité est de jouer à Fortnite alors que dans le passé c’était d’aller au parc, de jouer au basket, de jouer à cache-cache ou à des jeux de société, en hiver », souligne la plainte.

L’argumentaire derrière ces aveux est que les éditeurs de jeux vidéo rendent leurs titres intentionnellement addictifs ce qui met les enfants hors de contrôle des parents. « Si ses parents ne limitaient pas ses temps de jeu, LN pourrait passer des journées entière à jouer à Fortnite. D’ailleurs le fait que la console soit dans le salon familial permet d’avoir un certain contrôle sur son utilisation », indique la plainte. Néanmoins, le juge de la Cour supérieure du Québec Sylvain Lussier est d’avis que les arguments mis en avant ne sont pas suffisants pour établir qu’Epic Games use d’artifices pour rendre Fortnite très addictif. C’est ce que rapporte l’avocat Steve Lehto dans sa relecture de la décision du juge de la Cour supérieure du Québec.


La Chine pour sa part tient une liste de jeux vidéo qu’un régulateur dédié passe en revue pendant des mois avant approbation. Cette disposition lui permet de garder un œil sur la filière et donc sur les répercussions qu’elle est susceptible d’avoir sur sa société.

Source : Calex

Et vous ?

Le modèle chinois de passage en revue des titres de jeux vidéo à proposer à la population est-il exemple à suivre ? Que proposez-vous à la place ?
Partagez-vous l’avis selon lequel les éditeurs usent d’artifices pour rendre leurs jeux addictifs et donc prendre les plus jeunes au piège ?
L’action en justice de ces parents ne cache-t-elle pas aussi un aveu de l’abandon de leurs responsabilités parentales ?
Qui des éditeurs ou des parents est le plus à blâmer ?

Voir aussi :

France : le débat sur le trouble du jeu vidéo s'invite dans les instances gouvernementales Quel traitement préconiser à ceux qui en souffrent ?
Tueries dans les écoles : Donald Trump accuse les jeux vidéo violents à l'occasion de sa rencontre avec l'industrie
L'Organisation mondiale de la santé considère désormais l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie au même titre que l'addiction à la cocaïne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Prox_13
Membre averti https://www.developpez.com
Le 13/12/2022 à 9:36
Citation Envoyé par maxtal Voir le message
Une entreprise sert à générer du profite.
Des parents servent à éduquer leurs enfants.

Pour moi c'est les parents qui sont trop laxistes.
Beaucoup trop simpliste comme explication; Elon Musk est un libertarien qui pense comme ça par exemple.
Vous savez, le monsieur qui ment, torture ses employés et des milliers d'animaux. Mais bon, la loi l'interdit pas et c'est pour "générer du profite", donc c'est OK.

C'est surement la faute de ces employés, après tout, qui les oblige à manger ? Et ces saletés d'animaux, toujours à se faire élever là, vraiment.

Ne pas réguler un marché "parce que c'est censé générer du profite", c'est au mieux de la folie, et au pire de l'inconscience.
2  0 
Avatar de maxtal
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/12/2022 à 10:50
Beaucoup trop simpliste comme explication; Elon Musk est un libertarien qui pense comme ça par exemple.
Vous savez, le monsieur qui ment, torture ses employés et des milliers d'animaux. Mais bon, la loi l'interdit pas et c'est pour "générer du profite", donc c'est OK.

C'est surement la faute de ces employés, après tout, qui les oblige à manger ? Et ces saletés d'animaux, toujours à se faire élever là, vraiment.

Ne pas réguler un marché "parce que c'est censé générer du profite", c'est au mieux de la folie, et au pire de l'inconscience.
Ok pour la faute de frappe, c'est puéril.
Mais est-ce à l'entreprise de réguler le marché ?
Aucunement. Si la loi l'autorise, il faut soit la changer soit l'accepter, vous semblez mélanger un peu tout avec vos animaux et vos extrapolations.
Vous pouvez vous offusquer des conditions de travail dans l'IT/dans certaines boites: libre à chacun de partir à son compte ou de changer de domaine.
Personne n'a un flingue sur la tempe pour aller au boulot, cette attitude revient à reporter ses faiblesses décisionnelles sur une autorité directe.
On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre malheureusement mais il faut avoir le courage de ses ambitions.
Perso je change de poste/spé/boulot tous les 3 ans en moyenne et ça me convient très bien.

Git gud.
2  0 
Avatar de abriotde
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/12/2022 à 13:44
Qui des éditeurs ou des parents est le plus à blâmer ?
Les 2 et pas seulement.

* On peut regretter que les parents ne réagissent pas d'une manière ou d'une autre pour limiter mais ils sont un peu pris au piège par la volonté de ne pas brusquer leurs enfants.
* On peut blâmer la volontée arriviste des éditeurs qui font tout pour rendre leurs jeux adictif, mais d'un autre côté c'est un peu le but d'un jeu, de nous détendre et donc de nous passioner et naturellement on va préférer se détendre que de retourner a la routine quotidienne.
* Il faudrait aussi tenir compte de la responsabilité de la pensée qui veut satisfaire l'enfant et ne veut en rien le frustrer. Et les responsables sont nombreux : Associations, justice, groupes de pressions et autres organismes...
* Le système capitalistique qui dans son ensemble pousse à l'appât du gain et la satisfaction matériel avant l'équilibre (psychique de l'être humain et de la société toute entière).

Je serais favorable à l'Open-Source non seulement dans le code source mais aussi dans les finances des entreprises. Je pense que cela serait vertueux à plus d'un titre (Ca c'est pour la moralisation des entreprises).
Et ensuite il faut arrêter avec la crimimnalisation de la punition/privation (Ca c'est pour les parents).

Enfin il faudrait relativiser, ce niveau d'addiction touche une marge très étroite d'enfants et il y aura toujours des problèmes d'addiction quoiqu'il en soit. Le problème est qu'aujourd'hui le phénomère est en quelques sortes encouragé.
1  0 
Avatar de maxtal
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/12/2022 à 15:53
Une entreprise sert à générer du profite.
Des parents servent à éduquer leurs enfants.

Pour moi c'est les parents qui sont trop laxistes.
3  2 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/12/2022 à 8:04
Quand j'étais gamin :
c'était la guerre avec mes parents parce que c'était l'heure de manger mais que j'avais "bientôt" fini Sonic 2,
on passait l'après-midi chez un pote à jouer à Street fighter 2 avec ses frangins et on se traitait de tous les noms et parfois les coups étaient donnés sur le canapé,
Je me levais le premier pour jouer à Gran Turismo et le but était de jouer le plus longtemps possible parce que dès que je quittais la console un des frangins jouais et je ne revoyais pas la manette de la journée donc il m'est arrivé de me laver après avoir mangé à midi.

Donc un peu rien de neuf sous le soleil.

Cependant il est vrai que les éditeurs de jeux vidéo sont devenus "plus efficaces" pour saisir et maintenir l'attention des joueurs.
Mais aujourd'hui combien de temps dure une partie de Fortnite? Probablement 30-45 minutes, donc les parents sont capable d'interrompre le cycle régulièrement.
Quand j'étais gamin les sauvegardes n'existaient pas sur console donc une partie durait bien plus longtemps que ça et éteindre la console était synonyme de tout reprendre à 0. (Et on exploitait bien ce levier)

Je pense aussi que beaucoup de parents se retrouvent dépasser par tout ça.
Je me rappelle d'un collègue qui nous expliquait qu'il avait donné 50€ à son fils parce qu'il "était bloqué dans LOL et qu'il en avait besoin pour débloquer le jeu".
Les parents de mon filleul s'intéressent très peu aux JV (en dehors de candy crush) mais se sentaient bien armés pour gérer ke rapport de leur fils aux JV jusqu'à ce que je leur parle des mécanique de Fortnite. Depuis on parle régulièrement de JV et le jour où le gamin s'y mettra je sais bien que j'aurais un gros rôle à jouer.
1  0 
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 13/12/2022 à 15:47
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Donc un peu rien de neuf sous le soleil.

Cependant il est vrai que les éditeurs de jeux vidéo sont devenus "plus efficaces" pour saisir et maintenir l'attention des joueurs.
Effectivement rien de neuf, et les parents sont aussi devenus plus efficaces à ne pas agir.
Si les gamins ont déjà un smartphone, la télé dans leur chambre avec leurs consoles (oui, au pluriel), faut-il s'étonner qu'ils les utilisent sans surveillance ?
La loi a peut-être des lacunes, mais a-t-on envie de se retrouver en Chine avec un état qui contrôle tout parce que les parents préfèrent intenter un procès qu'élever leurs gamins et s'intéresser à ce qu'ils font ?
La faute est toujours sur les JV, la télé, l'école, mais jamais les parents ?
1  0 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/12/2022 à 17:02
Citation Envoyé par Bousk Voir le message
Si les gamins ont déjà un smartphone, la télé dans leur chambre avec leurs consoles (oui, au pluriel), faut-il s'étonner qu'ils les utilisent sans surveillance ?
Pour le téléphone, ça dépend à mon avis de l'age. Avant il y avait des cabines téléphoniques et on avait un carnet papier pour appeler ses proches en cas de souci mais les cabines téléphoniques ont quasiment disparues. L'entre 2 est de lui fournir un téléphone basique quand c'est possible car ne pas avoir la même choses que les autres peut créer du harcèlement donc à un moment il faudra prévoir un smartphone basique et petit forfait internet à mon avis (mes enfants sont encore trop petit donc je fais des suppositions).

Je suis entièrement d'accord pour la TV et la console, il faut que ça soit dans un "lieu de vie" (salon) et pas dans la chambre comme ça on se rend compte plus facilement du temps de jeu et quand il y a de la famille ou des invités ils font moins d'écran.
Pour l'ordinateur il faudrait aussi qu'il soit dans un lieu commun et pas dans leur chambre mais tout le monde n'a pas des maisons immenses.

Comme j'ai dit précédemment, je pense qu'il faut les occuper en dehors des écrans (sport/activité artistique quelques heures par semaine, lecture, jeux de société, quelques tâches ménagères, ...). En tant que parent on est forcément responsable mais on est pas psychologue et je ne suis pas sur de savoir détecter des comportements addictifs tôt.
Quand mes enfants grandiront :
- il n'y aura pas de TV/console dans les chambres
- je durcirais peut être le filtre DNS de mon routeur (car pour le moment, il bloque que la pub, le tracking et les domaines malveillants)
- je chercherais à rester informer et discuter avec les autres parents pour anticiper des éventuelles dérives
- je les inscrirais à 1-2 activités dans la semaine (quitte à en changer si ça ne plaît pas)
- j'aimerais les intéresser à la musique afin que l'on joue d'un instrument ensemble
- on essaiera d'avoir un bout d'après midi jeu de société le WE ou d'autres rituels
- je les ferais participer à une partie des tâches ménagère (débarrasser la table, essuyer la vaisselle et la ranger, nettoyer leur chambre et certaines parties communes, ...) sinon je restreindrais l'usage de l'écran
- garder du lien en échangeant sur nos journées respectives ou parler de sujets divers

Il n'y a pas de mode d'emploi pour être un bon parent mais c'est comme ça que je compte essayer.
1  0 
Avatar de derios
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 12/12/2022 à 14:30
Le problème ne concerne pas une minorité d'enfant, et même par extension de jeunes adultes.

J'étais ce qu'on appelais à l'époque un no-life, j'ai pu observer l'évolution des pratiques, à l'époque il y avait eu des levé"es de boucliers du à la mort d'un jeune sur world of warcraft, d'ailleurs.

Mais cela à bien changé, le monde du jeux vidéo, à bien évolué, les mentalités aussi.

Le constat est simple, le monde du jeux-vidéo, utilise des effets de leviers proche des jeux d'argents, leviers qui sont de plus en plus affinés avec le temps.

Contrairement à l'époque, pour générer de l'addiction afin de faire payer un abonnement , ils n'essayent plus d'être sur du temps long, ou les sessions courtes de jeux ne sont pas favorisé.

L'histoire à prouvé que ce n'est pas du tout le modèle économique le plus rentable, et qu'il est trop dépendant de la "qualité" du jeux et son positionnement par rapport à la concurrence.

Ils mettent donc en place de multiple mécaniques de rétention qui génère une routine chez l’utilisateur, on est plus sur l'immédiat, des sessions courtes mais régulières, avec une gratuité ou une semi-gratuité afin d'augmenter la popularité du jeux.

Toutes ces mécaniques sont intégrés des le design du jeux.

Il ne restera plus qu'ensuite, d'utiliser les leviers de jeux d'argents afin de faire consommer un peu à ce qui sont moins sensibles, et d'énorme somme d'argent à ceux qui sont très sensibles.

Si les gouvernements ne régulent pas le secteur du jeux-vidéo, impossible que des entreprises dont l'objectif est de maximiser le ROI tout en respectant le cadre légal, se régule d'elle même.

Quant à la responsabilités des parents, oui, non cela dépend, mais j'ai envie de dire peu importe, c'est l'Etat qui est chargés de se substituer aux parents afin d'assurer leurs protections, le cas échéant, ce qu'il fait très bien, et parfois, de manière "brutale" sur d'autre sujet (bien plus grave).

Et quant aux "dev" indépendants, dans la grande majorités des cas, ils sont sur un modèle plus classique de vendre leurs créations, ce n'est pas eux qui utilisent ce genre de pratiques, ils n'en ont pas la volontés, on n'y ont pas accès.
2  2 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/12/2022 à 17:19
Il y a les entreprises de jeux vidéos qui ont développées des mécanismes trop addictifs avec des systèmes de récompenses, de quêtes journalières, des loot boxes, ...
Quand je jouais à Counter Strike dans les années 2000, il n'y avait pas ça. J'ai découvert les récompenses journalières en jouant à Guild Wars et ça n'est pas arrivé tout de suite il me semble.
Les entreprises sont donc en partie fautives et l'état/l'UE n'a pas contrait les sociétés pour le moment.

Les parents aussi doivent fixer des règles liées aux jeux vidéos (horaires en semaine et le WE, limite de temps de jeu consécutif, ...) et il faut avoir de quoi faire autre chose à côté (devoirs, lecture, musique, sport, ...).
Le COVID n'a pas arrangé les choses non plus à devoir rester à la maison donc les gens ont probablement passés plus de temps sur les jeux.
Il arrive aussi que l'enfant rentre à la maison de l'école avant ses parents donc on ne peut pas surveiller ce qu'ils font si on est encore au travail.

Pour limiter sans être en conflit avec son enfant ça peut être compliqué comme énoncé dans l'article.
0  0 
Avatar de maxtal
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/12/2022 à 13:52
Dans ce contexte, mais aussi dans le contexte des GAFAMs, les régulations sont bénéfiques pour les consommateurs, mais surtout pour la concurrence et donc pour le marché lui-même.
Je conclurais notre échange sur ce point où je vous rejoins, nous l'avons vu avec les lootboxes de star Wars Battlefront 2 où dès leur disparition le jeu s'en est retrouvé beaucoup plus agréable pour tous, malheureusement ça n'a pas suffit.
Un exemple ne pouvant faire loi, on a mesuré les dérives de ce système récemment avec Diablo Immortal. Mais on semble moins s'y arrêter, peut être parce-que les enfantssont moins la cible de ces jeux ? Et qu'à 18 ans chacun est sensé faire la part des choses. C'est le soucis que j'ai à rejeter la faute aux entreprises et non aux responsabilités individuelles ou du représentant et responsable légal.
Donc pour moi si le sujet est "le comportement des enfants" ainsi que leur accès à des services et produits, la répons est "les parents".
Si le sujet est la mécanique de jeu de hasard, la réponse est la loi.
0  0