IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les enfants qui jouent à des jeux vidéo obtiennent de meilleurs résultats aux tests de fonctionnement du cerveau
D'après une récente étude

Le , par Nancy Rey

2PARTAGES

26  0 
Les enfants en âge scolaire qui passent des heures par jour à jouer à des jeux vidéo peuvent obtenir de meilleurs résultats que leurs pairs à certains tests d'agilité mentale, selon une nouvelle étude. Les chercheurs ont constaté que, par rapport aux enfants qui ne jouaient jamais aux jeux vidéo, ceux qui passaient régulièrement des heures à jouer obtenaient de meilleurs résultats à deux tests cognitifs standard : l'un mesurant la mémoire à court terme et l'autre évaluant le contrôle des impulsions. L’étude ne permet pas de dire si les jeux vidéo ont amélioré les fonctions cérébrales, mais elle apporte des données supplémentaires montrant que les enfants qui jouent à des jeux vidéo ont un cerveau qui se comporte différemment. Les jeux vidéo ne sont peut-être pas responsables de ces différences, l'étude ne peut pas en déterminer les causes, mais les résultats s'ajoutent à un ensemble plus vaste de travaux montrant que les joueurs ont de meilleures performances dans certains tests de la fonction cérébrale. Ces résultats soutiennent les efforts visant à développer des jeux capables de traiter les problèmes cognitifs. « Cette étude nous permet de mieux comprendre les liens entre les jeux vidéo et le développement du cerveau », a déclaré Nora Volkow, directrice du National Institute on Drug Abuse, dans un communiqué.


D’après une nouvelle étude portant sur les fonctions cérébrales des adolescents, les enfants qui jouent à des jeux vidéo ont une meilleure mémoire et un meilleur contrôle de leurs capacités motrices que les autres. Les chercheurs ont constaté que, par rapport aux enfants qui ne jouaient jamais aux jeux vidéo, ceux qui passaient régulièrement des heures à jouer obtenaient de meilleurs résultats à deux tests cognitifs standard : l'un mesurant la mémoire à court terme et l'autre évaluant le contrôle des impulsions.

Les experts soulignent que ces résultats ne prouvent pas que les jeux vidéo aiguisent l'esprit des enfants. Il se peut que les enfants qui excellent dans certaines tâches mentales soient attirés par les jeux vidéo. « Nous ne démontrons pas le lien de causalité dans cette étude », a déclaré le chercheur principal, Bader Chaarani, professeur de psychiatrie à l'université du Vermont. Mais, a-t-il ajouté, les recherches antérieures sur les effets potentiels des jeux vidéo chez les enfants se sont souvent concentrées sur les aspects négatifs : sont-ils associés à des problèmes tels que l'agression, la violence ou la dépression ?

Moins d'études se sont penchées sur la possibilité que les jeux vidéo, qui nécessitent un engagement mental actif, puissent avoir des effets bénéfiques, du moins par rapport au temps d'écran "passif" comme regarder la télévision ou faire défiler les médias sociaux. « Notre étude suggère que les jeux vidéo ne sont pas pires que les autres temps d'écran. Et il pourrait même présenter certains avantages », a déclaré Chaarani.

La question de savoir combien de "temps d'écran" est excessif pour les enfants, et quel devrait être le contenu, a longtemps été étudiée et débattue. Mais maintenant que les enfants ne se contentent plus de regarder la télévision à l'ancienne, mais qu'ils emportent leurs écrans personnels partout avec eux, la question est de plus en plus brûlante.

À l'heure actuelle, l'American Academy of Pediatrics (AAP) recommande de limiter strictement le temps passé devant un écran pour les enfants de moins de six ans. Pour les enfants plus âgés, les choses sont plus floues, en partie parce que les recherches sont mitigées quant aux inconvénients ou aux avantages possibles des différentes formes de temps d'écran. Mais l'AAP souligne que les écrans ne doivent pas interférer avec l'exercice et le sommeil : les enfants plus âgés et les adolescents devraient faire au moins une heure d'activité physique chaque jour et dormir suffisamment (8 à 12 heures, selon leur âge).

Pour mieux comprendre comment diverses expositions, dont le temps passé devant un écran, peuvent affecter le développement cérébral des enfants plus âgés, l'Institut national de la santé des États-Unis mène une étude appelée ABCD. Elle suit près de 12 000 écoliers américains, à partir de l'âge de 9 ou 10 ans, et utilise des scanners d'IRM fonctionnelle pour examiner leur activité cérébrale lors de l'exécution de diverses tâches.

Pour l'étude actuelle, l'équipe de Chaarani a utilisé les données accessibles au public de ce projet de recherche. Ils se sont intéressés à plus de 2 000 enfants, séparés en deux groupes : les joueurs de jeux vidéo qui jouaient au moins trois heures par jour, et les enfants qui ne jouaient jamais. En moyenne, les chercheurs ont constaté que les joueurs obtenaient de meilleurs résultats dans les tâches mesurant le contrôle des impulsions et la mémoire de travail. Cette dernière désigne la capacité à retenir temporairement des informations, par exemple en demandant un itinéraire et en s'en souvenant jusqu'à ce que la destination soit atteinte. Et si trois heures par jour représentent beaucoup de jeux, l'étude n'a pas non plus montré que ces enfants étaient moins bien lotis en termes de santé mentale, de non-respect des règles ou de problèmes d'attention.

Cependant, la question de l'œuf et de la poule demeure, a déclaré le Dr Kirk Welker, professeur associé de radiologie à la Mayo Clinic de Rochester, dans le Minnesota. Il est possible que certaines caractéristiques du cerveau fassent graviter les enfants vers les jeux vidéo, a déclaré le Dr Welker, qui a rédigé un éditorial publié avec l'étude.

Il a également souligné que les tests cognitifs effectués pendant les scans IRM fonctionnelle (IRMf) présentent des similitudes avec les jeux vidéo : Ils sont effectués alors que la personne est allongée dans un scanner, qu'elle regarde un écran ou utilise des lunettes vidéo et qu'elle appuie sur les boutons d'un appareil portatif.

Cela dit, Welker a souligné que la nature même des études d'IRMf (qui consistent généralement à effectuer ces tâches sur de petits écrans en appuyant sur des boutons sur de petits appareils portatifs tout en portant des lunettes à l'intérieur du scanner) pourrait favoriser les personnes plus habituées aux jeux vidéo. « Il faut certainement effectuer beaucoup plus de tests sur les cerveaux des joueurs de jeux vidéo sans utiliser d'écrans vidéo. Ce faisant, nous pourrions comprendre si les effets cognitifs positifs ou négatifs de ces jeux ont des implications au-delà de l'interaction avec les consoles de jeu », a-t-il suggéré.

Ces mises en garde faites, Welker a déclaré que l'un des points forts de l'étude était sa grande taille. Il est probable que les différences dans les performances des tâches soient réelles et non le fruit du hasard, a-t-il ajouté.

Cette étude vient s'ajouter à un grand nombre de travaux montrant des différences entre le cerveau des joueurs et celui des non-joueurs et laissant entendre que les joueurs ont un avantage sur certains types de fonctions cérébrales. Des entreprises tentent de tirer parti de ces différences pour développer des jeux vidéo qui traitent les troubles cognitifs. Mais malgré tous ces travaux, on ne sait toujours pas pourquoi il existe des différences entre les joueurs et les non-joueurs dans ce groupe d'âge. Il se peut que les jeux vidéo soient à l'origine des améliorations cognitives. Il se peut aussi que les personnes qui ont déjà une meilleure attention pour des tâches comme celles de cette étude soient plus attirées par les jeux vidéo. En outre, il existe de nombreux types de jeux vidéo, cette nouvelle étude, par exemple, n'a pas demandé à quels jeux les joueurs jouaient. « Il se peut que les jeux vidéo présentent certains avantages que nous ne comprenons pas encore complètement. Mais il y a encore de grandes lacunes dans les connaissances dans ce domaine », a déclaré Welker dans un commentaire accompagnant l'étude.

L'étude ABCD suit les enfants jusqu'au début de l'âge adulte. Chaarani a déclaré que cela permettra aux chercheurs de voir si le jeu vidéo précède réellement toute amélioration des capacités cognitives.

Sources : ABCD study, Jama network, NIH

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ? Trouvez les résultats de l’étude pertinents?

Voir aussi :

Jouer à des jeux vidéo a un effet inattendu sur le QI des enfants, selon une nouvelle étude

Les jeux en ligne, un risque pour la sécurité des enfants ? Oui, selon un sondage de McAfee,Qui montre l'inquiétude grandissante des parents

Fortnite est peut-être un jeu virtuel, mais ses effets sont si réels et dangereux, que les enfants consultent des médecins pour briser son emprise

La Chine interdit aux enfants de moins de 18 ans de jouer aux jeux en ligne pendant plus de 90 minutes par jour, et ils ne sont plus autorisés à jouer entre 22h et 8h du matin

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 11:59
Ce qui serait intéressant c'est de comparer le jeux vidéo avec des activités similaires mais sans écran.
Par exemple :
- un enfant jouant beaucoup à des jeux type fps/tps a t'il de meilleurs résultat qu'un enfant qui à une activité sportive demandant des réflexes et une coordination oeil/main importante ?
- un enfant faisant beaucoup de puzzle game a t'il de meilleur résultat qu'un enfant jouant aux échecs ?
9  0 
Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 13:28
Citation Envoyé par grunk Voir le message
Ce qui serait intéressant c'est de comparer le jeux vidéo avec des activités similaires mais sans écran.
Par exemple :
- un enfant jouant beaucoup à des jeux type fps/tps a t'il de meilleurs résultat qu'un enfant qui à une activité sportive demandant des réflexes et une coordination oeil/main importante ?
- un enfant faisant beaucoup de puzzle game a t'il de meilleur résultat qu'un enfant jouant aux échecs ?
On comparer aussi :
- ceux qui joue d'un instrument : guitare, piano, batterie car la coordination est importante et ça doit aussi jouer sur la créativité
- ceux qui lisent beaucoup
8  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/10/2022 à 13:47
L'idée de base c'est surtout que quitte à être devant un écran mieux vaut jouer que regarder une vidéo ce qui semble relativement logique.
4  0 
Avatar de Astraya
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 23:24
Citation Envoyé par eric44000 Voir le message

Il n'empêche que le tabac favorise la concentration. Je n'en fait pas la pub, mais étant un ancien gros fumeur de longue date, chaque fois que j'avais besoin d'une réflexion intense (comme souvent en programmant), je m'en grillait une petite et cela m'aidait beaucoup.
Quel fut pas mon désarroi après m'être arrêté ! Tout est devenu beaucoup plus compliqué.
Je ne suis médecin mais arrêter la clope n'est pas source de stresse? Donc niveau concentration effectivement ca doit aider.
Mais de ce je lis, c'est plus le fait de faire une pause qui aide, à moins que tu fumais devant ton pc.
Quand je bug devant mon pc, je fais une pause ( café, thé, eau, discution,... ) je reviens sur le problème et hop solution 90% du temps. Mais c'est pas le café ou la clope qui m'aide, c'est la pause.

Pour en revenir au sujet, ca peut peut-être avoir des aspects positifs quand utilisé avec parcimonie, mais malheureusement ce genre d'étude justifie des comportements d'addictions.

Et je suis joueur, et développeur de jeu vidéo pendant 8 ans...
3  0 
Avatar de mooninvader
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 14:27
il y a eu aussi des études qui concluaient que le tabac n'est pas nocif. que le café contient des anti oxydants ...et j'en passent.
Toutes ou bien financés par les lobbys industriels ou bien manipulées à leurs avantages.
que veut dire cette étude? que nous devons tous acheter une PS5 à nos enfants? que lire n'est pas nécessaire ou même pas recommandable puisqu'on les forcent à faire quelque chose qu'ils n'aiment pas faire.
3  2 
Avatar de fodger
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 16:36
mon gamin joue chez moi un peu trop aux jeux vidéos plutôt qu'il traîne dans la rue... oui c'est en parti du troll :p.
0  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 7:45
Citation Envoyé par mooninvader Voir le message
Toutes ou bien financés par les lobbys industriels ou bien manipulées à leurs avantages.
Si un lobby a payé ça il doit bien se bouffer les doigts, l'étude ne dit pas grand chose:
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
les résultats s'ajoutent à un ensemble plus vaste de travaux montrant que les joueurs ont de meilleures performances dans certains tests de la fonction cérébrale
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Les experts soulignent que ces résultats ne prouvent pas que les jeux vidéo aiguisent l'esprit des enfants. Il se peut que les enfants qui excellent dans certaines tâches mentales soient attirés par les jeux vidéo. « Nous ne démontrons pas le lien de causalité dans cette étude », a déclaré le chercheur principal, Bader Chaarani, professeur de psychiatrie à l'université du Vermont
En gros ils disent qu'ils sont meilleurs dans quelques tests et qu'on n'est pas sûr de qui est la cause et qui est la conséquence.

Bref ils disent, les jeux vidéo c'est pas pire que le reste.
0  0 
Avatar de eric44000
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 15:34
Citation Envoyé par mooninvader Voir le message
il y a eu aussi des études qui concluaient que le tabac n'est pas nocif.
C'est vrai que les industriels du tabac ont trafiqués des études scientifiques concernant l'addiction et le cancer du poumon.
Il n'empêche que le tabac favorise la concentration. Je n'en fait pas la pub, mais étant un ancien gros fumeur de longue date, chaque fois que j'avais besoin d'une réflexion intense (comme souvent en programmant), je m'en grillait une petite et cela m'aidait beaucoup.
Quel fut pas mon désarroi après m'être arrêté ! Tout est devenu beaucoup plus compliqué.
0  1