IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Alors que Bobby Kotick quitte définitivement Microsoft et Activision, une ex-employée décrit comment il a un jour menacé de «faire tuer un employé».
Entre succès et scandales, un parcours tumultueux

Le , par Stéphane le calme

1PARTAGES

7  0 
Bobby Kotick, le PDG d’Activision Blizzard, a quitté son poste, après plus de trois décennies à la tête de la grande enseigne du jeu vidéo, suite au rachat de la société par Microsoft pour 69 milliards de dollars. Son départ intervient après une année marquée par des scandales de harcèlement et de discrimination au sein de l’entreprise, qui ont entraîné des poursuites judiciaires, des manifestations d’employés et des appels à sa démission.

Le 13 octobre 2023, la Grande-Bretagne a finalement autorisé l'acquisition d'Activision par Microsoft, après avoir forcé le propriétaire de la Xbox à vendre les droits de diffusion en continu pour répondre à ses préoccupations en matière de concurrence. L'opération avait été bloquée en avril par l'Autorité de la concurrence et des marchés (CMA), qui estimait qu'elle risquait de donner à la grande enseigne américaine une mainmise sur le marché naissant du « cloud gaming ».

Mais l'autorité de régulation a déchiré son cahier des charges en rouvrant le dossier après que Microsoft a accepté de vendre les droits de diffusion en continu des jeux d'Activision à Ubisoft Entertainment, avec des mesures correctives pour s'assurer que les conditions étaient applicables.


Le rachat de Activision Blizzard par Microsoft a été autorisé par plusieurs autres autorités de régulation dans le monde, parmi lesquelles la Commission européenne. Ces autorités ont examiné les impacts potentiels du rachat sur la concurrence et le marché du jeu vidéo, et ont imposé certaines conditions à Microsoft pour éviter un monopole. Par exemple, devant la Commission, Microsoft a proposé les engagements globaux suivants en matière de licences, pour une durée de 10 ans:
  • une licence gratuite accordée aux consommateurs de l'EEE, leur permettant de diffuser en streaming, en utilisant le service de streaming de jeux sur le cloud de leur choix, tous les jeux actuels et futurs d'Activision Blizzard pour PC et pour consoles pour lesquels ils disposent d'une licence;
  • une licence gratuite correspondante accordée aux fournisseurs de services de streaming de jeux sur le cloud, afin de permettre aux joueurs basés dans l'EEE de diffuser en streaming tous les jeux d'Activision Blizzard pour PC et pour consoles.

Microsoft a annoncé la bienvenue à Activizion Blizzard en son sein en vidéo et aussi par un message de bienvenue de la part de Phil Spencer, PDG de Microsoft Gaming.


C'est à cette occasion que Bobby Kotick a rédigé le courriel aux employés, leur expliquant qu'il allait rester à la tête de l'entreprise jusqu'à fin 2023 :

Aujourd’hui marque une étape importante dans la célèbre histoire de notre entreprise.

La combinaison avec Microsoft apportera de nouvelles ressources et de nouvelles opportunités à nos équipes extraordinaires dans le monde entier. Cela nous permettra également d’offrir plus de plaisir, plus de joie et plus de connexion à plus de joueurs que jamais.

Ce moment est possible grâce à vos efforts pendant quatre décennies pour innover, inspirer et réaliser[...].

Votre dévouement est ce qui nous permet de repousser continuellement les limites, de battre des records et de ravir les joueurs. Au milieu de l’incertitude des 21 derniers mois, vous êtes restés concentrés, comme toujours, à servir nos joueurs et à nous soutenir mutuellement.

Je dis depuis longtemps que je suis pleinement engagé à contribuer à la transition. Phil m'a demandé de rester PDG d'ABK, sous ses ordres, et nous avons convenu que je le ferai jusqu'à la fin de 2023. Nous sommes tous les deux impatients de travailler ensemble pour une intégration fluide de nos équipes et de nos joueurs.

Bobby Kotick, ancien PDG d'Activision Blizzard

Il aurait menacé un employé de mort

Comme prévu dans une note adressée au personnel plus tôt en décembre, des changements radicaux de direction ont été apportés chez Activision Blizzard alors que la société entre en 2024, sa première année sous la direction de Microsoft après l'acquisition de 69 milliards de dollars. Le changement le plus médiatisé a été le départ du PDG d'Activision Blizzard et employé depuis 33 ans, Bobby Kotick.

Vendredi le 29 décembre 2023 marquait le dernier jour de Bobby au sein de la société de jeux, et son départ a incité certains anciens employés à partager des histoires sur son mandat. Un ancien programmeur a affirmé que moins d'un mois après le début d'un projet Call of Duty, Kotick aurait « menacé de tuer un employé ».

Christina, répondant au pseudonyme chhopsky, a fait cette affirmation sur X/Twitter en partageant la nouvelle du départ de Bobby Kotick d'Activision Blizzard. Le Tweet indique : « j'ai travaillé sur COD pendant deux ans en tant que programmeur chez demonware. Les décisions de Bobby ont rendu nos jeux pires. Au cours de mon premier mois, il est apparu qu'il avait menacé de tuer un employé ».

[TWITTER]<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">i worked on COD for two years as a programmer at demonware<br><br>bobby's decisions made our games worse<br><br>in my first month it came out he threatened to have an employee killed. in the all-hands that followed, no-one wanted to speak first. so i demanded his firing in front of everyone <a href="https://t.co/yhlM5xqPPg">https://t.co/yhlM5xqPPg</a></p>&mdash; christina &#27515;&#31070; (@chhopsky) <a href="https://twitter.com/chhopsky/status/1740849178836938992?ref_src=twsrc%5Etfw">December 29, 2023</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> [/TWITTER]

Demonware, un studio de développement de logiciels connu pour collaborer avec Activision Blizzard sur les titres Call of Duty, a aidé d'autres studios au sein d'Activision Blizzard.

Ce n'est pas la première fois que nous entendons cette histoire, et Christina le fait plus tard dans le fil pour faire référence à l'allégation rapportée par Business Insider en 2021. Bien qu'il ne soit pas confirmé si l'allégation est vraie, Kotick a fait face à des accusations de plusieurs employés au fil des ans, soit en raison de mauvais traitements directs, soit en ignorant les attitudes problématiques sur le lieu de travail et en réglant rapidement les plaintes à l'amiable.

Un exemple particulier auquel Christina semble faire référence est le message vocal laissé sur le téléphone portable d'un assistant en 2006, menaçant de la tuer, comme le rapporte le Wall Street Journal. L'affaire a été réglée à l'amiable et Activision a abordé la question suite au rapport, en déclarant : « M. Kotick s'est rapidement excusé il y a 16 ans pour le message vocal manifestement hyperbolique et inapproprié, et il regrette profondément l'exagération et le ton de son message vocal à ce jour ».

Un passage éclaboussé par le scandale

Kotick a été impliqué dans un scandale en 2021, avec un procès contre Activision Blizzard pour des allégations d'inconduite sexuelle et de harcèlement. Kotick a ensuite été accusé d'avoir menacé de faire assassiner un employé et d'avoir aidé à dissimuler le harcèlement au sein de l'entreprise. De plus, Kotick n'a pas informé le conseil d'administration d'Activision Blizzard de plusieurs cas où des employés accusaient leurs supérieurs de harcèlement sexuel, selon le Wall Street Journal.

Il faut dire qu'après des mois d’enquête, le WSJ a rapporté en 2021 avoir recueilli le témoignage de plusieurs personnes qui accusaient Activision Blizzard d’avoir encouragé une culture toxique centrée sur les hommes et de ne pas avoir condamné vigoureusement le traitement inapproprié des femmes.

À tel point que certaines des personnes concernées affirmaient avoir été payées moins que les hommes pour le même travail. Et des faits plus sombres ont été révélés : « L’avocat d’une ancienne employée de Sledgehammer Games a affirmé dans un courriel qu’un superviseur en 2016 et 2017 avait violé sa cliente après avoir été poussé à boire beaucoup au bureau et lors d’événements professionnels », a indiqué le quotidien.

Selon le WSJ, l’ancien codirigeant de Treyarch, Dan Bunting, « a harcelé sexuellement une employée en 2017 après une nuit de coucher, selon des sources familières avec l’incident ». Le département des ressources humaines d’Activision et d’autres supérieurs de l’entreprise ont lancé une enquête interne en 2019 et ont recommandé que Bunting soit licencié, poursuit l’article, « mais Bobby Kotick est intervenu pour qu’il garde son emploi », ajoutent-elles.

Selon une source d’Activision, l’entreprise aurait décidé à l’époque « de ne pas licencier Bunting, mais de mettre en œuvre d’autres mesures disciplinaires ».

Dan Bunting, co-directeur du studio Treyarch, a fini par démissionner.

L'ancienne co-responsable de Blizzard, Jen Oneal, qui a quitté l'entreprise des mois après avoir été promue, aurait été moins bien payée que ses collègues masculins, même après avoir été promue. Oneal affirme avoir été harcelée sexuellement pendant son séjour chez Blizzard, tout en racontant une histoire dans laquelle une fête organisée dans un studio Activision, à laquelle participait Kotick, mettait en vedette des femmes dansant sur des poteaux de strip-teaseuse, tandis que d'autres femmes présentes à la fête étaient encouragées à boire davantage. Oneal aurait également envoyé un e-mail au service juridique d'Activision, exprimant son manque de confiance dans l'entreprise.

Kotick avait précédemment annoncé qu'il accepterait une réduction de salaire, tout en annonçant des changements à l'échelle de l'entreprise chez Activision Blizzard, notamment une politique de tolérance zéro en matière de harcèlement et en s'efforçant d'augmenter le nombre de femmes et de personnes non binaires employées dans l'entreprise, ce que l'ABetterABK collectif de travailleurs qualifié de « victoire ».

Suite à l'article du WSJ, Activision Blizzard a publié une transcription d'un message vidéo envoyé par Bobby Kotick aux employés. Dans ce document, il a réitéré la « nouvelle politique de tolérance zéro pour les comportements inappropriés » de l'entreprise et qu'il s'engage à contribuer à créer un environnement inclusif au sein de l'entreprise.

Bien qu'il n'ait pas directement abordé les allégations, selon lesquelles il était au courant d'une grande partie de ces comportements et en avait commis lui-même certains, il a évoqué l'importance du changement pour Activision Blizzard. Voici un extrait de la transcription :

Je tiens à dire deux choses importantes à ce sujet : Premièrement, nous sommes incroyablement chanceux de pouvoir compter sur les personnes les plus talentueuses de notre secteur, toutes si engagées dans une amélioration constante. Et je partage cet engagement.

La deuxième chose que je veux dire est que quiconque doute de ma conviction d'en faire le lieu de travail le plus accueillant et le plus inclusif ne comprend pas vraiment à quel point cela est important pour moi. La créativité et l'inspiration s'épanouissent mieux dans un environnement sûr et accueillant, dans un environnement respectueux. Rien ne peut remplacer cela. Et rester fidèle à nos valeurs, sans exception, est le meilleur moyen de retenir nos talents et d'attirer les nouveaux talents dont nous avons besoin pour réaliser notre grand potentiel.

Comme je l'ai clairement indiqué, nous allons de l'avant avec une nouvelle politique de tolérance zéro pour les comportement - et zéro signifie zéro. Toute conduite répréhensible est tout simplement inacceptable. Nous avons la possibilité d’améliorer davantage notre culture et d’être l’exemple que d’autres entreprises suivront. Et nous sommes incroyablement chanceux. Connecter et impliquer le monde par la joie et le plaisir est une mission puissante. Accomplir cela dans un lieu de travail accueillant et inclusif garantit que nous réaliserons notre mission avec excellence.
Sources : Bobby Kotick, Phil Spencer, Christina

Et vous ?

Que pensez-vous du départ de Bobby Kotick et de son bilan à la tête d’Activision Blizzard ?
Quelles sont les conséquences du rachat d’Activision Blizzard par Microsoft pour l’industrie du jeu vidéo et les joueurs ?
Comment réagiriez-vous si votre patron menaçait de « faire tuer un employé » ?
Comment lutter contre le harcèlement et la discrimination dans le milieu du jeu vidéo ?
Quels sont vos jeux préférés d’Activision Blizzard et pourquoi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/01/2024 à 19:50
on vous virent parce que vous avez fait un travail remarquable et de passion !

en tous cas ca vire pas mal dans le jeu vidéo en ce moment

faut etre quand meme maso pour bosser la dedans je trouve, horaire de malade, salaire pas très élevé et maintenant licenciement...

j'ai bien fait d’être toujours rester dans le "dev legacy", faire des logiciels de gestion/bancaire et le déployer dans du cloud ca fait pas rêver, y'a aucun challenge mais ca paie et ca donne des horaires stables et pas trop dur.
10  0 
Avatar de Zefling
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 16:25
Citation Envoyé par Souil002 Voir le message
Je pense aussi que ces conditions "terribles" sont beaucoup plus présente dans les gros studios qui doivent sortir obligatoirement leurs jeux dans les délais pour plaire aux actionnaires et aussi car il y a des milliers de personnes à payer.
Dans les studios plus modestes, j'imagine que les conditions sont bien mieux, même si les crunchs doivent quand même être présents. Et dans ces conditions meilleures, je pense qu'à aucun moment les développeurs souhaiterais travailler dans un milieu "qui ne fait pas rêver et sans challenge mais qui paie".
En vrai ça dépend vraiment de l'encadrement. J'ai bossé dans 2 boites de JV, et franchement, les salaires n'étaient pas à la hauteur de l'investissement des équipes, en plus le management était ultra toxique dans l'un des 2. Ça m'a pas donné envie de rester. Mais le management toxique je l'ai aussi vu chez des éditeurs de logiciels.
Ce qui fait pas rêver, c'est quand il commence à y avoir une déconnexion entre les faiseurs, les vendeurs et les dirigeants. Quand on demande de s'investir à mort, et que les dévs n'ont que les miettes en retour, pour moi c'est pas normal, mais en plus quand on est pris pour des esclaves bons qu'à pisser du code, c'est vraiment démoralisant.
4  0 
Avatar de Souil002
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 10:00
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
on vous virent parce que vous avez fait un travail remarquable et de passion !

en tous cas ca vire pas mal dans le jeu vidéo en ce moment

faut etre quand meme maso pour bosser la dedans je trouve, horaire de malade, salaire pas très élevé et maintenant licenciement...

j'ai bien fait d’être toujours rester dans le "dev legacy", faire des logiciels de gestion/bancaire et le déployer dans du cloud ca fait pas rêver, y'a aucun challenge mais ca paie et ca donne des horaires stables et pas trop dur.
Je pense aussi que ces conditions "terribles" sont beaucoup plus présente dans les gros studios qui doivent sortir obligatoirement leurs jeux dans les délais pour plaire aux actionnaires et aussi car il y a des milliers de personnes à payer.
Dans les studios plus modestes, j'imagine que les conditions sont bien mieux, même si les crunchs doivent quand même être présents. Et dans ces conditions meilleures, je pense qu'à aucun moment les développeurs souhaiterais travailler dans un milieu "qui ne fait pas rêver et sans challenge mais qui paie".
2  0 
Avatar de mood8moody
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 12:56
Classique, ils voulaient récupérer les licences des gros jeux, le personnel va être nettoyé petit à petit sauf le haut du panier.
1  0 
Avatar de Ti-Slackeux
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/01/2024 à 21:36
j'en connais qui bossent dans le gaming et comme j'ai pu passer un peu de temps dans leur locaux à différentes occasions, j'ai pas senti qu'ils étaient contraint ou forcés.
Pareil pour les horaires, y'a personne avec un fusil dans le dos de personne ou alors ils sont vachement bien cachés les bougres !
Ceci étant, quand il y a un soucis, ben pareil faut pas les enfermer pour qu'ils cravachent un coup sur le sujet.

Y'a un soir j'ai troll un mec, on a bien rigolé et il est parti.
Quand on m'a dit que je venais de déconner avec le boss, je suis resté sur le cul 5 minutes ...

Mes deux cents,
3  3 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 11:28
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de la décision de Microsoft de licencier 1 900 employés d’Activision Blizzard et de Xbox ?
Ça ne représente que 8% de sa division gaming.
Ça doit faire 2, 3 ans que les grosses entreprises font toutes des licenciements massifs chaque année.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Comment Microsoft peut-il assurer la qualité et la diversité de ses jeux après avoir acquis plusieurs studios ?
Microsoft dit que ça va réduire les « zones de chevauchement » donc peut-être que ça ne changera rien à la qualité des jeux.
Peut-être que les employés vont être assisté par des IA, ils réaliseront plus de travail en étant moins nombreux.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La décision de Microsoft de supprimer 1 900 postes sur les 22 000 que compte sa division jeux vidéo intervient un an après son dernier grand tour de licenciements. En janvier 2023, Microsoft avait annoncé son intention de réduire ses effectifs de 10 000 employés. Elle coïncide également avec le récent changement de direction de Xbox et le fait que Microsoft ait atteint une capitalisation boursière record de 3 000 milliards de dollars.

Je ne comprend pas pourquoi mettre un cours de bourse sur 1 jour.
Je trouve que c'est plus parlant de mettre la période max.
Comme ça on voit que depuis 2011 ça monte.

====
Il est possible que les grosses entreprises savent qu'un krach financier est proche et elles se préparent.
C'est un peu étrange ces licenciements massifs.
1  1 
Avatar de Zyniel
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 2:29
Normal, comme lors de toute acquisition de cette taille, il y a des doublons, des gens en trop, il la masse salariale et les compétences sont à rationnaliser.
0  0 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 14:04
Citation Envoyé par Souil002 Voir le message
Dans les studios plus modestes, j'imagine que les conditions sont bien mieux, même si les crunchs doivent quand même être présents..
oui le crunch est bien présent c'est pour ça que j'ai fait limite un burn-out..
si vous vous consacrez au développement d'un jeu indépendant ou indie là vous y mettez vos tripes et vous avez envie que ce jeu se vende.
Donc vous ne comptez pas vos heures
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 13:21
Citation Envoyé par mood8moody Voir le message
Classique, ils voulaient récupérer les licences des gros jeux
Microsoft n'est pas la seule entreprise a faire des licenciements massifs en 2022, 2023, 2024.

Le truc en commun entre toutes les entreprises qui licencient c'est l'IA, ou l'arriver d'un krach financier.
0  0