IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les employés de Microsoft vont former le premier syndicat de l'entreprise aux États-Unis
Les testeurs QA de Fallout et Doom viennent de former le plus grand syndicat de l'industrie US des jeux

Le , par Stéphane le calme

6PARTAGES

14  0 
Les travailleurs d'assurance qualité des studios ZeniMax de Microsoft, les personnes derrière les jeux Elder Scrolls, Fallout et Doom, ont voté pour former un syndicat, ce qui en fait le premier studio de jeux à se syndiquer sous Microsoft et le plus grand groupe d'assurance qualité représenté par les syndicats des testeurs dans n'importe quel studio de jeu américain. ZeniMax Workers United et les Communication Workers of America n'ont pas partagé le nombre exact de votes, mais ont déclaré que les 300 testeurs d'assurance qualité avaient massivement voté en faveur de leur syndicat.

En septembre 2020, Microsoft a annoncé qu’il se préparait à acquérir ZeniMax Media, la société mère de Bethesda SoftWorks, l’un des plus grands développeurs et éditeurs de jeux privés au monde. Avec cette déclaration, Microsoft était sur le point de s’emparer d’un grand nombre de franchises de jeu populaires et plus encore de nombreux studios connexes de premier plan, dont Arkane, iD Software, Tango Gameworks, Alpha Dog et Bethesda Game Studios. Le coût de la transaction annoncé par Microsoft et confirmé par Bethesda est de 7,5 milliards de dollars.

« Aujourd'hui est une journée spéciale puisque nous accueillons sur Xbox certains des studios les plus accomplis de l'industrie du jeu. Nous sommes ravis d'annoncer que Microsoft a conclu un accord pour acquérir ZeniMax Media, société mère de Bethesda Softworks », a écrit Microsoft dans un article de blogue sur le site officiel de la Xbox. Par cette acquisition, il devient le propriétaire de grandes franchises de jeu comme Doom, Fallout, The Elder Scrolls, Wolfenstein, Quake, Dishonored, Prey... Notons que quelques-uns de ces jeux sont déjà présents sur la Xbox.

Il devient par la même occasion le propriétaire de 23 équipes de studios de création de jeux vidéo, parmi lesquels Bethesda Softworks, Bethesda Game Studios, ZeniMax Online Studios, Roundhouse Studios, MachineGames, id Software, Tango Gameworks, Alpha Dog et Arkane. Microsoft a également annoncé qu’il prévoyait d'intégrer les futurs jeux de Bethesda dans son service d'abonnement mensuel Xbox appelé Game Pass.

Compte tenu du poids de Microsoft dans le jeu vidéo, et de celui de Bethesda, les régulateurs devaient vérifier si cette acquisition n’allait pas déséquilibrer ce secteur économique et entraîner des problèmes concurrentiels. Le 5 mars 2021, la Commission européenne a validé cette opération, soit un jour après la validation de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme fédéral aux USA chargé de cadrer et contrôler les marchés financiers. Sur son site, la SEC a publié une note d'approbation concernant le rachat de Bethesda par Microsoft.

Les agents d'assurance qualité des studios ZeniMax décident de se syndiquer

Les travailleurs ont décidé d'adhérer au syndicat en signant des cartes d'autorisation syndicale ou en votant via un portail en ligne. Comme l'entreprise l'avait précédemment promis, Microsoft a reconnu le syndicat.

« Nous avons devant nous une opportunité d'apporter de grands changements et d'apporter de l'équité à l'industrie du jeu vidéo. Nous voulons mettre un terme aux périodes soudaines de crise, de rémunération injuste et de manque d'opportunités de croissance au sein de l'entreprise. Notre syndicat fera pression pour un salaire vraiment compétitif, une meilleure communication entre la direction et les travailleurs, une voie claire pour ceux qui veulent progresser dans leur carrière, et plus encore », a déclaré Victoria Banos, testeuse audio senior chez Hunt Valley, dans un communiqué.

Les médias s'étaient déjà entretenus avec les organisateurs de ZeniMax Studios pendant la période des élections syndicales. Les travailleurs ont dit qu'ils avaient décidé de se syndiquer pour de nombreuses raisons, qui se sont accumulées au fil du temps.

« C'était un peu comme la mort en mille coupures », a déclaré Ashe Myers, testeur d'assurance qualité et membre du comité d'organisation du syndicat, lors d'un appel téléphonique à ce moment-là. « C'était pour beaucoup de raisons. Salaire bas, heures supplémentaires forcées, peu ou pas de transparence avec les changements de département et le retour au bureau. Aucun mot sur les infections COVID au bureau ».

« Il est difficile d'exprimer avec des mots à quel point gagner notre syndicat compte pour nous. Nous avons travaillé si dur pour en arriver là qu'il serait impossible de ne pas être excités. Nous savons que ce n'est pas la fin de notre travail acharné, mais atteindre cette étape nous donne la conviction que lorsque les travailleurs se serrent les coudes, nous pouvons accomplir tout ce que nous voulons », a déclaré Dylan Burton, testeur senior d'assurance qualité à Dallas, dans un communiqué.


Cette décision fait écho de celle de Raven Software, filiale d'Activision Blizzard que Microsoft tente de racheter

En janvier 2022, Microsoft a annoncé son intention d'acquérir Activision Blizzard pour 68,7 milliards de dollars, mais la FTC cherche maintenant à bloquer l'achat, alléguant qu'il nuirait à la concurrence et empêcherait les concurrents d'accéder au contenu populaire.

Quoi qu'il en soit, en 2021, Raven Software, la filiale d'Activision Blizzard qui développe les jeux Call of Duty, a soudainement licencié environ un tiers des testeurs QA (contrôle qualité) du groupe après des mois à promettre une meilleure rémunération. Les travailleurs d'Activision Blizzard ont décidé d’entrer en grève dans la foulée, début décembre 2021, soutenus par le mouvement ABK Workers Alliance, qui œuvrait alors depuis des mois pour former un syndicat. Une grève qui a pris fin en janvier 2022, suite à des événements entourant Activision-Blizzard.

La Game Workers Alliance, le syndicat des travailleurs de l'assurance qualité du studio Raven Software, filiale d'Activision, a remporté son vote syndical en mai 2022. Les votes ont été comptés le 23 mai et le syndicat a été adopté à 19 votes sur 22 avec deux bulletins de vote contestés. L'élection a fait de la Game Workers Alliance (GWA) le premier syndicat d'Activision Blizzard et seulement le deuxième syndicat officiel de l'industrie américaine du jeu vidéo.

Plus de 30 testeurs d'assurance qualité chez Raven Software, géré par Activision Blizzard, ont officiellement demandé à la direction de reconnaître leur syndicat.

Les 34 testeurs, pour la plupart chargés de travailler sur le jeu populaire Call of Duty: Warzone, ont reçu une majorité de signatures au sein de leur département pour former un syndicat. Les travailleurs de l'aspirant syndicat ont cité les licenciements récents, les heures supplémentaires excessives, les bas salaires, les attentes de délocalisation et les allégations de culture d'entreprise toxique au sein de leur société mère comme raisons les motivant à se syndiquer.

Activision Blizzard a déclaré dans un communiqué qu'il « examinait attentivement la demande de reconnaissance volontaire ». Il a ajouté qu'il estimait « qu'une relation directe entre l'entreprise et les membres de son équipe offre les meilleures opportunités aux collaborateurs », mais qu'il respecterait les droits des travailleurs à adhérer à un syndicat.

Dans un dossier déposé mercredi 19 janvier 2022 auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, la société a déclaré qu'aucun de ses employés ne faisait partie d'un syndicat et qu'à sa connaissance, il n'y avait pas de grève ou d'arrêt de travail en cours. Pourtant, plusieurs dizaines de travailleurs de l'entreprise ont été engagés dans un arrêt de travail de plusieurs semaines, qui a commencé après que la direction d'Activision Blizzard a licencié 12 sous-traitants de Raven le 3 décembre 2021. Des membres de ce groupe ont déclaré que l'entreprise avait donné des assurances sur huit mois, promis des augmentations de salaire, de sorte que les licenciements ressemblaient à une trahison. Ils ont commencé à recueillir des signatures dans le but de se syndiquer et se sont mis en grève le 6 décembre 2021, publiant des revendications qui comprenaient la réembauche des entrepreneurs licenciés à des postes à temps plein.

« Immédiatement après le travail [début décembre], nous nous sommes tous réunis, des personnes sont venues chez moi et nous nous sommes réconfortés et nous avons pleuré ensemble », a déclaré aux médias Onah Rongstad, actuellement testeur d'assurance qualité de Raven Software. « Et puis au cours des prochains jours, nous nous sommes réunis et avons dit que nous ne pouvions pas rester silencieux à ce sujet, nous ne pouvions pas laisser cela se produire, puis avons finalement décidé de faire grève. Nous avons eu un vrai rassemblement chez Raven QA [Quality Assurance] après le début de la grève début décembre, et nous serions vraiment ravis de pouvoir être syndiqués à la suite de cela ».

Fin 2021, Vodeo est devenue la première entreprise de jeux vidéo nord-américaine à se syndiquer. Avec un peu plus d'une douzaine de travailleurs, le studio indépendant s'est organisé dans des conditions très différentes, mais les employés d'Activision Blizzard ont déclaré avoir appris de leur exemple dans leurs efforts.

Sur le marché au sens large, les travailleurs s'expriment également de plus en plus et s'activent en faveur d'une meilleure rémunération et de meilleures conditions de travail.

« Les employés de ce secteur ont tendance à être surmenés et sous-payés et traités comme des outils jetables, ce qui va probablement à l'encontre de l'image publique que les gens ont des travailleurs de la technologie », a déclaré John Logan, professeur d'études sur le travail et l'emploi à l'Université d'État de San Francisco, ajoutant que de nombreux pense que la seule façon de se faire respecter est de se syndiquer. « Il y a certainement une énorme quantité d'énergie et d'optimisme, en particulier parmi les jeunes travailleurs en ce moment », a déclaré Logan.

« D'autres travailleurs de l'industrie du jeu vidéo seront ravis et inspirés par le succès des travailleurs de Raven Software à former leur syndicat. Nous exhortons Activision à respecter leur décision et à s'engager à négocier un contrat équitable », a déclaré la directrice des communications de CWA, Beth Allen, dans une déclaration avant le vote.

Jessica Taylor, porte-parole d'Activision Blizzard, a déclaré : « Nous respectons et croyons au droit de tous les employés de décider de soutenir ou de voter pour un syndicat ou non. Nous pensons qu'une décision importante qui aura un impact sur l'ensemble du studio Raven Software, qui compte environ 350 personnes, ne devrait pas être prise par 19 employés de Raven ».

Dans une déclaration, la Game Workers Alliance a indiqué : « Notre plus grand espoir est que notre syndicat serve d'inspiration au mouvement croissant de travailleurs qui s'organisent dans les studios de jeux vidéo pour créer de meilleurs jeux et construire des lieux de travail qui reflètent nos valeurs et nous responsabilisent tous. Nous sommes impatients de travailler avec la direction pour façonner positivement nos conditions de travail et l'avenir d'Activision Blizzard grâce à un contrat syndical solide ».

Les employés d'un entrepôt Amazon à Staten Island, New York, ont récemment voté pour se syndiquer et les travailleurs d'un magasin Apple à Atlanta ont déposé une pétition pour une élection syndicale. Les travailleurs de plus de 58 cafés Starbucks aux États-Unis ont choisi de rejoindre Workers United, tandis qu'au moins quatre magasins ont voté contre le syndicat, sur plus de 262 environ qui ont cherché à organiser des élections depuis août dernier.

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Pour ou contre les syndicats ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

ZeniMax revient à la charge contre Facebook en réclamant l'interdiction totale du casque Oculus Rift ou 20 % sur les ventes des produits Oculus

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !