IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Activision Blizzard licencie des dizaines d'employés pour cause de mauvaise conduite sur le lieu de travail,
Et a pris des mesures disciplinaires à l'encontre d'une quarantaine d'autres

Le , par Bill Fassinou

48PARTAGES

6  0 
Le développeur et éditeur américain de jeux vidéo Activision Blizzard a déclaré lundi avoir licencié ou mis à la porte plus de trois douzaines d'employés et pris des mesures disciplinaires à l'encontre d'environ 44 autres depuis juillet 2021 pour répondre aux allégations de harcèlement sexuel et à d'autres comportements répréhensibles au sein de la société. Les mesures prises par Activision font suite à la pression soutenue exercée par les actionnaires, le personnel et les partenaires commerciaux pour que la société rende davantage de comptes sur sa gestion des problèmes d'inconduite.

Embourbé dans un scandale de harcèlement sexuel et de discrimination fondée sur le sexe depuis l'année dernière, Activision continue de chercher des solutions pour une sortie de crise. L'éditeur a fait cette semaine étalage de quelques actions qu'il a menées jusque-là. « Après avoir effectué des enquêtes, 37 employés ont quitté la société et 44 autres ont reçu des réprimandes écrites, des avertissements formels ou d'autres mesures disciplinaires », a déclaré la société. Le fabricant du jeu "Call of Duty" a déclaré qu'il travaillait encore sur une mise à jour provisoire et qu'il n'avait pas encore prévenu les employés.



Selon plusieurs sources, le compte rendu de l'enquête d'Activion et des mesures disciplinaires aurait dû être publié avant Noël 2021, mais a été retenu par le PDG d'Activision, Bobby Kotick - qui serait le deuxième PDG le mieux payé dans le secteur des jeux vidéo. Kotick aurait dit aux gens que le rapport pourrait donner l'impression que les problèmes de l'entreprise sur le lieu de travail sont plus importants que ce que l'on sait déjà. D'après ces sources, le document indique qu'Activision a recueilli environ 700 rapports d'employés préoccupés par des problèmes d'inconduite et d'autres problèmes depuis le mois de juillet.

Dans certains cas, des rapports distincts concerneraient les mêmes incidents. Et alors que la société tardait à réagir face à ces exactions, le "California Department of Fair Employment and Housing" (DFEH) a intenté un procès à Activision pour harcèlement. Une porte-parole d'Activision, Helaine Klasky, a confirmé que 37 employés avaient été renvoyés et que 44 autres ont fait l'objet de mesures disciplinaires dans le cadre de l'enquête menée par la société. Toutefois, elle a contesté le chiffre de 700 cas d'inconduite. Dans une déclaration, elle a indiqué que les commentaires des employés comprenaient des déclarations sur les médias sociaux.

« Bien qu'un cas soit un cas de trop, il n'y a pas eu 700 rapports de mauvaise conduite », a déclaré la porte-parole. Elle a ajouté que "les allégations concernant Kotick sont fausses" et que l'objectif de la société est d'être sûre qu'elle dispose de données et d'analyses précises à partager. En outre, si l'impact de tous ces départs sur la culture d'entreprise d'Activision - dont on a dit qu'elle était empreinte d'une "frat boy culture" (culture de la fraternité) - reste à voir, l'accusation selon laquelle Kotick a empêché la divulgation de ces révélations ne sera probablement pas bien accueillie par les employés et les manifestants.

La "frat boy culture" peut-être définie comme une discrimination fondée sur le sexe à l'encontre des employées, exercée par des employés masculins dans les termes et conditions d'emploi, y compris la rémunération, l'affectation, la promotion et le licenciement, ainsi que le harcèlement des employées. Selon plusieurs sources, plus de 1300 employés ont déjà demandé le renvoi de Kotick - la société est soumise à une pression croissante de la part des investisseurs et de partenaires commerciaux tels que Xbox - tandis que d'autres auraient été confrontés à un "silence radio" lors des récentes grèves.

En sus, Activision fait l'objet d'une surveillance accrue depuis novembre après les allégations selon lesquelles Kotick, qui occupe le poste de PDG depuis plus de 30 ans, n'a pas informé le conseil d'administration des allégations d'inconduite sexuelle dont il avait connaissance, notamment de viols, à l'encontre de cadres de la société. En décembre, le directeur de l'exploitation, Daniel Alegre, a déclaré dans une lettre au personnel qu'Activision s'engageait à augmenter la représentation des femmes et des employés non binaires de 50 % au cours des cinq prochaines années pour atteindre plus d'un tiers du total.

Il a également déclaré que la société s'engage à être plus transparente sur les questions liées au lieu de travail à l'avenir. « L'un des principaux domaines de rétroaction a été la nécessité de partager plus d'informations ouvertement en tant qu'entreprise », indique la lettre. D'un autre côté, les investisseurs et partenaires ont appelé et écrit à la société et à ses directeurs au cours de ces dernières semaines, exprimant leur inquiétude quant à la gestion par Activision et son conseil d'administration des allégations d'inconduite, et quant à l'indépendance du conseil d'administration en général.

Par exemple, Fidelity International, un investisseur basé au Royaume-Uni, a envoyé une lettre au président d'Activision, Brian Kelly, dans laquelle il demande un examen indépendant par un cabinet d'avocats extérieur et déclarant que le conseil d'administration devrait envisager de placer Kotick en congé administratif pendant ce temps. Selon les sources qui ont pu consulter la lettre, elle demande également une plus grande indépendance du conseil d'administration et souligne que Kelly et le principal administrateur indépendant, Robert Morgado, occupent tous deux leur poste depuis plus de 20 ans.

Enfin, la lettre prévenait que Fidelity International, qui, selon la société de gestion de données financières et d'édition de logiciels FactSet, détient environ 0,6 % d'Activision, céderait des actions ou "s'assurerait le soutien d'autres actionnaires" si ses préoccupations n'étaient pas prises en compte de manière appropriée. Cela dit, selon des personnes proches du sujet, le conseil d'administration d'Activision soutient Kotick.

Les administrateurs aurait déclaré à certains investisseurs que Kotick était la bonne personne pour diriger l'entreprise et ont souligné les initiatives prises pour changer sa culture. Entre temps, le cours de l'action d'Activision a chuté de près de 30 % depuis que la première enquête réglementaire a été rendue publique fin juillet, une période au cours de laquelle l'indice composite Nasdaq a progressé de quelques pour cent.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de ces licenciements et des résolutions prises par Activision ?
Pensez-vous que le PDG d'Activision, Bobby Kotick, devrait quitter son poste après plus de 30 années passées à la tête de la société ?

Voir aussi

Le président d'Activision Blizzard, J. Allen Brack, est démis de ses fonctions, près une plainte pour harcèlement sexuel

Activision Blizzard critiqué pour un bonus de 200 millions de dollars accordé à son PDG, alors que l'entreprise a annoncé le licenciement des dizaines d'employés

Une enquête révèle comment Activision Blizzard a placé des milliards de dollars de bénéfices dans les paradis fiscaux

Activision Blizzard supprime 800 emplois en 2019 malgré un chiffre d'affaires record en 2018 pour se consacrer au développement de ses franchises

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 18/01/2022 à 22:12
Microsoft va faire l'acquisition d'Activision Blizzard pour 68,7 milliards de dollars,
et deviendra la troisième plus grande société de jeux au monde en termes de chiffres d'affaires une fois l'opération terminée

Avec cette acquisition, Microsoft va mettre la main sur les licences d'Activision Blizzard que sont Call of Duty, Candy Crush ou encore World of Warcraft. « Le jeu vidéo est le segment du divertissement le plus dynamique et le plus excitant à travers toutes les plateformes, et il jouera un rôle central dans le développement du métavers », estime Satya Nadella, le PDG de Microsoft

L'industrie du jeu vidéo pèse aujourd'hui autour de 200 milliards de dollars. C'est aussi l'industrie culturelle qui enregistre la plus forte croissance. Selon Microsoft, la planète comptera 4,5 milliards de joueurs en 2030, contre déjà 3 milliards aujourd'hui. Ce qui peut expliquer les récentes acquisitions de Microsoft dans le domaine.

En septembre 2020, Microsoft a annoncé qu’il se préparait à acquérir ZeniMax Media, la société mère de Bethesda SoftWorks, l’un des plus grands développeurs et éditeurs de jeux privés au monde. Avec cette déclaration, Microsoft était sur le point de s’emparer d’un grand nombre de franchises de jeu populaires et plus encore de nombreux studios connexes de premier plan, dont Arkane, iD Software, Tango Gameworks, Alpha Dog et Bethesda Game Studios. Le coût de la transaction annoncé par Microsoft et confirmé par Bethesda est de 7,5 milliards de dollars.

Compte tenu du poids de Microsoft dans le jeu vidéo, et celui de Bethesda, les régulateurs devaient vérifier si cette acquisition n’allait pas déséquilibrer ce secteur économique et entraîner des problèmes concurrentiels. Le 5 mars 2021, la Commission européenne a validé cette opération, soit un jour après la validation de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme fédéral aux USA chargé de cadrer et contrôler les marchés financiers. Sur son site, la SEC a publié une note d'approbation concernant le rachat de Bethesda par Microsoft. La note en question porte le code S-4, qui correspond pour la Commission à une décision relative à un rachat ou à une fusion.

Cette approbation a permis à Microsoft de devenir propriétaire de 23 équipes de studios de création de jeux vidéo, parmi lesquels Bethesda Softworks, Bethesda Game Studios, ZeniMax Online Studios, Roundhouse Studios, MachineGames, id Software, Tango Gameworks, Alpha Dog et Arkane. Microsoft a également annoncé qu’il prévoyait d'intégrer les futurs jeux de Bethesda dans son service d'abonnement mensuel Xbox appelé Game Pass au moment de son lancement sur Xbox ou PC.


Microsoft va acquérir Activision Blizzard

Cette fois-ci, Microsoft a annoncé son intention d'acquérir Activision Blizzard Inc., qui évolue dans le développement de jeux et l'éditeur de contenu de divertissement interactif. Microsoft est persuadé que cette acquisition accélérera la croissance de son activité de jeu sur mobile, PC, console et cloud et fournira des éléments de base pour le métavers.

Microsoft va faire l'acquisition d'Activision Blizzard pour 95,00 $ par action, dans le cadre d'une transaction entièrement en espèces évaluée à 68,7 milliards de dollars, y compris la trésorerie nette d'Activision Blizzard. Lorsque la transaction sera conclue, Microsoft deviendra la troisième plus grande société de jeux au monde en termes de chiffre d'affaires, derrière Tencent et Sony. L'acquisition prévue comprend des franchises emblématiques des studios Activision, Blizzard et King comme «Warcraft», «Diablo», «Overwatch», «Call of Duty» et «Candy Crush», en plus des activités mondiales d'eSport via la Major League Gaming. L'entreprise possède des studios dans le monde entier avec près de 10 000 employés.

Bobby Kotick continuera d'occuper le poste de PDG d'Activision Blizzard, et lui et son équipe continueront de se concentrer sur les efforts visant à renforcer davantage la culture de l'entreprise et à accélérer la croissance de l'entreprise. Une fois l'accord conclu, l'activité d'Activision Blizzard rendra compte à Phil Spencer, PDG de Microsoft Gaming.

« Le jeu est la catégorie de divertissement la plus dynamique et la plus excitante sur toutes les plateformes aujourd'hui et jouera un rôle clé dans le développement des plateformes métavers », a déclaré Satya Nadella, président-directeur général de Microsoft. « Nous investissons profondément dans le contenu de classe mondiale, la communauté et le cloud pour inaugurer une nouvelle ère de jeu qui donne la priorité aux joueurs et aux créateurs et rend le jeu sûr, inclusif et accessible à tous ».

« Les joueurs du monde entier adorent les jeux Activision Blizzard, et nous pensons que les équipes créatives ont leur meilleur travail devant elles », a déclaré Phil Spencer, PDG de Microsoft Gaming. « Ensemble, nous construirons un avenir où les gens pourront jouer aux jeux qu'ils veulent, pratiquement partout où ils veulent ».

En rachetant Activision Blizzard, Microsoft met la main sur des marques à l’attractivité immense, parmi lesquelles : Overwatch, Diablo, Guitar Hero, Call of Duty, Warcraft, Crash Bandicoot, StarCraft, Spyro ou encore Tony Hawk’s. Outre les licences évoquées, Microsoft gonfle un peu plus sa force de frappe en matière de studios de développement. Blizzard Entertainment, Beenox, Demonware, Digital Legends, High Moon Studios, Infinity Ward, King, Major League Gaming, Radical Entertainment, Raven Software, Sledgehammer Games, Toys for Bob ou Treyarch rejoignent l’organigramme de la branche Xbox.

Le mot du PDG d'Activision Blizzard à ses collaborateurs

« Aujourd'hui est une journée incroyablement excitante. Alors que nous poursuivons notre voyage pour connecter et engager le monde grâce à un divertissement épique, nous finirons par le faire dans le cadre de Microsoft. Je suis certain que notre incroyable talent et nos jeux extraordinaires combinés à notre engagement commun envers le meilleur lieu de travail nous permettront de grandir dans une course au leadership de plus en plus compétitive à mesure que le jeu évolue dans le métavers.

Comment nous sommes arrivés ici et où nous allons

« Lorsque vous réfléchissez à ce que nous avons construit ensemble, nous avons tellement de raisons d'être fiers. Au cours des 31 dernières années, nous avons continuellement façonné le jeu grâce à notre engagement à offrir de la joie, du plaisir et le frisson de l'accomplissement.

« Nous avons transformé les jeux en expériences sociales et permis aux joueurs de trouver un but et un sens grâce à la forme de divertissement la plus engageante : nos jeux. Ce faisant, nous avons créé et diverti des communautés de centaines de millions de joueurs.

« Relier ces communautés ensemble est la prochaine étape. Facebook, Google, Tencent, NetEase, Amazon, Apple, Sony, Disney – et bien d'autres – ont des ambitions pour leurs propres initiatives de jeu et de métavers. Les concurrents établis et émergents voient une opportunité pour les mondes virtuels remplis de contenu produit par des professionnels, de contenu généré par les utilisateurs et de riches connexions sociales.

« Notre talent et nos jeux sont des éléments importants de la construction d'un métavers riche. Nous avons toujours attiré les meilleurs créateurs de jeux et construit les meilleurs jeux, saisissant les opportunités avec passion, inspiration, concentration et détermination.

Un partenariat pour définir l'avenir

« Alors que les investissements dans le cloud computing, l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique, l'analyse de données et les capacités d'interface et d'expérience utilisateur deviennent de plus en plus compétitifs, nous pensons que ce partenariat permettra de mieux réaliser nos ambitions.

« Dans l'examen des partenaires possibles, tous les chemins mènent finalement à Microsoft. Comme nous, ils font des jeux depuis longtemps. Microsoft a déjà distribué des jeux à des centaines de millions d'ordinateurs et d'appareils informatiques dans le monde et dispose de technologies et d'innovations qui prendront en charge la prochaine génération de jeux.

« Microsoft soutiendra également notre parcours pour renforcer davantage notre culture. Satya Nadella, PDG de Microsoft, a été un ardent défenseur de la bienveillance en tant que devise du leadership. Inspirer les gens par l'empathie est un puissant facteur de motivation, que nous adoptons alors que nous renouvelons notre détermination - et dans le travail que nous effectuons actuellement - à établir une nouvelle norme pour une culture de travail accueillante et inclusive.

« Surtout, Microsoft vous veut - votre talent, votre créativité et votre dévouement les uns envers les autres. Le succès d'Activision Blizzard au fil des ans peut être directement attribué à chacun d'entre vous. Microsoft reconnaît l'engagement envers l'excellence et l'indépendance créative qui nous distingue, et nous prévoyons des changements minimes pour nos ressources humaines après la clôture de la transaction. Les diverses opérations de Microsoft nous donneront accès à une expertise, une technologie et des outils précieux et offriront encore plus d'opportunités d'apprentissage et de développement.

« La culture d'aucune organisation, y compris la nôtre, n'a besoin d'être améliorée, et grâce à votre contribution, nous progressons dans l'amélioration de la nôtre. Mon engagement est de continuer à faire évoluer notre culture afin qu'à la fin, Microsoft se dote d'un lieu de travail exemplaire.

Et après

« Des transactions comme celles-ci peuvent prendre beaucoup de temps. Jusqu'à ce que nous recevions toutes les approbations réglementaires nécessaires et que les autres conditions de clôture habituelles soient satisfaites, ce qui devrait être le cas au cours de l'exercice fiscal 2023 de Microsoft se terminant le 30 juin 2023, nous continuerons à fonctionner de manière totalement autonome. Je continuerai en tant que PDG avec la même passion et le même enthousiasme que j'avais lorsque j'ai commencé cette incroyable aventure en 1991.

« Bien sûr, cette annonce soulèvera de nombreuses questions. Nous organiserons de nombreux forums et événements pour nous assurer que nous répondons à vos préoccupations.

« Je suis incroyablement fier de cette entreprise, de vous et du travail que nous avons accompli ensemble. Passons maintenant à notre prochain chapitre et aux possibilités infinies que cette transaction représente pour nous. Je ne pourrais pas être plus reconnaissant de vos efforts, de votre concentration et de votre dévouement à connecter le monde par la joie et le plaisir ».

Sources : Microsoft, Activision Blizzard
11  0 
Avatar de LittleWhite
Responsable 2D/3D/Jeux https://www.developpez.com
Le 19/01/2022 à 18:13
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Pour le moment on retrouve des exclusivités X-Box sur Steam, et il n'y a pas de raison que ça change.
Rien n'est immuable. Le Game Pass est très bien perçu par le public, ils viennent d'annoncer 25 millions de joueur. Peu à peu, ils font leur place et montre leur façon de voir les choses. Une fois qu'ils auront hameçonnés assez d'utilisateurs, ne m'étonnerait pas qu'il parte de plus en plus vers du Cloud (cela fait une année qu'ils montrent leurs avancés sur ce sujet). Ainsi, peu à peu, ils vont intégré cette façon de jouer et les joueurs peu à peu vont s'y habituer (et ce, malgré les possibles désavantages pour les joueurs).
TROLL: J'imagine que certains se plairont à jouer à Call Of Duty (version PC) sur leur mobile, dans le métro... .
L'idée n'est pas de faire un changement du jour au lendemain, l'idée c'est d'habituer, de familiariser et de faire accepter une nouvelle chose (et la, on parle de jeux en streaming).

Encore un point : ce n'est pas la première fois que le joueur est perdant. On pourrait mentionner :
  • de moins en moins de version physique -> quand on achète une boîte, on trouve un code de téléchargement. Y a plus de manuel de jeu, plus de boite cartonnés. Ah ! mais si, si vous voulez le livret avec le jeu, prenez la version collector
  • le mode offline qui nécessite une connexion plus ou moins permanente pour jouer en ligne ;
  • les jeux livrés cassés avec des patch day 1 gargantuesque ;
  • des stores en bêta avec de moins en moins de fonctionnalités (coucou Microsoft, coucou Epic Games)
  • et j'en oublie des meilleurs...

Et pourtant, tout ça, c'est maintenant la base et c'est accepté.

L'important c'est de vendre le plus de jeux.
Oui, et le plus efficace, c'est d'empêcher Steam de gagner 30 % sur les ventes de vos jeux, alors que vous avez votre propre store
9  0 
Avatar de Kannagi
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/01/2022 à 9:45
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Microsoft commence à devenir un peu trop gros... s'accaparer toutes les licences peut etre nuisible pour nous les joueurs.
Ils pourraient dans quelques années sortir leurs jeux que sur leurs plateforme avec leurs store, cela mettrait en difficulté sony et steam par exemple
Bon , ça sera pas la première fois que MS sera condamné pour abus de position dominante
4  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/01/2022 à 10:17
Citation Envoyé par Kannagi Voir le message
Bon , ça sera pas la première fois que MS sera condamné pour abus de position dominante
Plus généralement c'est le problème des gafam, ils rachètent tous les petits et concentre l'innovation et les richesses (et freine l'innovation une fois le monopole acquis).
J'ai l'impression que notre monde c'est une partie de monopoly géante et qu'a la fin il ne restera qu'1 grosse entreprise et c'est néfaste pour tous le monde (sauf pour les actionnaires de la boite).
4  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 20/01/2022 à 15:05
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
On voit que ça a bien fonctionné avec le Windows Phone.
Disons que ça n'a pas fonctionné pour Nokia (ce qui est triste pour tous les employés et pour l'industrie Européenne).

Par contre avec le mobile, la "taxe Android" comme certains l'appelaient, a renfloué à elle seule la division jeux et mobile de Microsoft. Donc ils ont bien rebondi, oui.
4  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 16:36
Microsoft confirme qu'il honorera les engagements multiplateformes d'Activision Blizzard,
suite à des inquiétudes soulevées par Sony concernant la franchise Call of Duty

L'acquisition de Microsoft, qui pourrait être finalisée dès le 1er juillet, pourrait menacer l'accès des propriétaires de PlayStation à des jeux développés par Activision Blizzard, de Diablo à Overwatch en passant par Spyro et Tony Hawk. Même Crash Bandicoot, qui était autrefois synonyme de la marque PlayStation, serait une propriété de Microsoft après la conclusion de l'accord. Et puis il y a Call of Duty, la méga-franchise annuelle de tir à la première personne qu'il est particulièrement difficile d'imaginer ne plus faire partie de l'univers PlayStation. Les jeux Call of Duty continuent d'être parmi les best-sellers PlayStation année après année, donc une acquisition de Microsoft pourrait laisser un grand vide dans le catalogue PlayStation. Sony a également déclaré que PlayStation était « la nouvelle maison de Call of Duty » en 2015, offrant un accès anticipé aux bêtas et aux packs de cartes pour les propriétaires de PlayStation, et la maison officielle d'esports de Call of Duty est passée à PlayStation la même année.

L'industrie du jeu reste attentive aux ramifications potentielles de cet accord et certaines des plus grandes questions ont porté sur l'avenir de la franchise Call of Duty, qui est un grand succès sur les consoles PlayStation et Xbox. Bien que nous ne sachions toujours pas avec certitude où vous pourrez jouer aux derniers jeux Call of Duty si l'acquisition se concrétise, le PDG de Microsoft Gaming, Phil Spencer, suggère que la série a un avenir sur les plateformes Sony.


Microsoft va faire l'acquisition d'Activision Blizzard pour 95,00 $ par action, dans le cadre d'une transaction entièrement en espèces évaluée à 68,7 milliards de dollars, y compris la trésorerie nette d'Activision Blizzard. Lorsque la transaction sera conclue, Microsoft deviendra la troisième plus grande société de jeux au monde en termes de chiffre d'affaires, derrière Tencent et Sony. L'acquisition prévue comprend des franchises emblématiques des studios Activision, Blizzard et King comme «Warcraft», «Diablo», «Overwatch», «Call of Duty» et «Candy Crush», en plus des activités mondiales d'eSport via la Major League Gaming. L'entreprise possède des studios dans le monde entier avec près de 10 000 employés.

Microsoft en a profité pour annoncer qu'il comptait plus de 25 millions d'abonnés au Game Pass et « offrira autant de jeux Activision Blizzard que possible dans Xbox Game Pass et PC Game Pass », couvrant à la fois les titres existants et nouveaux, selon le PDG de Microsoft Gaming, Phil Spencer. Call of Duty, Diablo et World of Warcraft font partie de plusieurs franchises très réussies développées sous l'égide d'Activision Blizzard. « Les joueurs du monde entier adorent les jeux Activision Blizzard, et nous pensons que les équipes créatives ont leur meilleur travail devant elles », a indiqué Phil Spencer. « Ensemble, nous construirons un avenir où les gens pourront jouer aux jeux qu'ils veulent, pratiquement partout où ils veulent ».

Sony a commenté la proposition de Microsoft d'acheter Activision Blizzard en soulignant ce que cela pourrait impliquer pour les futurs jeux comme Call of Duty sur les consoles PlayStation. « Nous nous attendons à ce que Microsoft respecte les accords contractuels et continue de garantir que les jeux Activision sont multiplateformes », a déclaré un porte-parole au Wall Street Journal.

Il n'est pas surprenant que Sony s'attende à ce que Microsoft respecte tous les accords contractuels existants concernant les jeux PlayStation, comme il l'a fait lors de la sortie exclusive de la console PS5 Deathloop après l'acquisition par Microsoft de l'éditeur Bethesda Softworks. Une fois les accords existants expirés, cela ouvre la porte à Microsoft pour rechercher l'exclusivité Xbox pour les nombreuses franchises qu'il acquiert. Sans compter le fait que Sony a révélé en novembre que Call of Duty : Black Ops Cold War était le deuxième jeu PS5 le plus joué de toute l'année 2021, derrière seulement Fortnite. Call of Duty a également obtenu les deux premières places pour les ventes de jeux aux États-Unis pour l'ensemble de 2021, selon NPD, soulignant son impact sur le marché.

« Nous avons eu de bons appels cette semaine avec les dirigeants de Sony », a déclaré Spencer jeudi. « J'ai confirmé notre intention d'honorer tous les accords existants lors de l'acquisition d'Activision Blizzard et notre désir de garder Call of Duty sur PlayStation. Sony est une partie importante de notre industrie et nous apprécions notre relation. »


Officiellement, Microsoft et Activision tentent de minimiser le potentiel de toute franchise Activision quittant la famille PlayStation. Dans le cadre de son communiqué de presse, Microsoft a déclaré que « les jeux Activision Blizzard sont appréciés sur une variété de plateformes, et nous prévoyons de continuer à soutenir ces communautés à l'avenir ». Bien que cela puisse être rassurant, « continuer à soutenir ces communautés » est une déclaration assez large qui pourrait couvrir un large éventail de décisions d'exclusivité réelles, d'où les interrogations de Sony.

Une « personne familière avec la pensée de l'entreprise » a rapporté au quotidien Bloomberg que « Microsoft prévoit de continuer à créer certains des jeux d'Activision pour les consoles PlayStation, mais conservera également certains contenus exclusifs à Xbox ». Le « certains contenus » n'a pas été explicité (s'agit-il d'expérience de jeu, de customisation d'un personnage, etc.).

Dans une FAQ officielle envoyée aux employés d'Activision (et déposée auprès de la SEC), la société a déclaré qu'elle « honorera tous les engagements existants après la clôture. Comme pour l'acquisition de Minecraft par Microsoft, nous n'avons aucune intention de supprimer tout contenu des plateformes où il existe aujourd'hui ». Comme pour répondre directement aux interrogations de Sony.

Cela peut sembler assez encourageant pour les propriétaires de PlayStation, mais le libellé spécifique est important ici. Le respect des « engagements existants » et des « obligations contractuelles », par exemple, ne couvre que les jeux qui ont déjà été promis en tant que sorties PlayStation, que ce soit en public ou en privé. Cela pourrait inclure des titres comme la prochaine version de Call of Duty et même Overwatch 2 retardé, par exemple, mais tout ce qui dépasse ces titres n'est probablement pas couvert par des déclarations comme celles-ci.

Bethesda a fait face à une situation similaire suite à son acquisition de Microsoft, qui est intervenue après avoir promis Deathloop et Ghostwire : Tokyo comme exclusivités PlayStation. Alors que la nouvelle filiale de Microsoft honore ces accords, les principaux titres à venir de Bethesda comme Elder Scrolls VI et Starfield n'apparaîtront pas sur les consoles PlayStation.

Hormis les contrats, la déclaration de Microsoft selon laquelle il n'a pas l'intention de « supprimer tout contenu des plateformes où il existe aujourd'hui » suggère que les jeux en direct comme Call of Duty: Warzone pourraient continuer à être pris en charge sur PlayStation. Il existe également un précédent récent pour ce type de situation dans Elder Scrolls Online, qui continue de fonctionner sur PS4 et a même lancé une nouvelle version PS5 après l'acquisition de Bethesda par Microsoft.

Prises ensemble, les déclarations que nous avons jusqu'à présent pourraient décrire une sorte de destin partagé pour la franchise Call of Duty. Microsoft pourrait autoriser une version multi-console gratuite (c'est-à-dire Warzone) à côté d'une exclusivité Xbox 1 premium » utilisée pour attirer les joueurs vers le Game Pass et le matériel Xbox. Encore une fois, les destins partagés du multiplateforme Elder Scrolls Online et de l'exclusivité Xbox Elder Scrolls VI pourraient montrer la voie.

Sources : Phil Spencer, Sony, FAQ officielle déposée auprès de la SEC par Activision
4  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 19/01/2022 à 10:10
Clairement Microsoft veux se placer comme un des acteurs majeurs du JV. Ca ne m'étonnerais pas qu'ils ambitionnent de devenir le Netflix du gaming en enrichissant le catalogue du game pass à grand coup d'acquisition. C'est déjà a l'heure actuelle une des meilleurs offre de "location" mais si il viennent à l'enrichir avec les énormes franchises d'activision blizzard , ils vont écraser tout le monde.
3  0 
Avatar de Kannagi
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 20/01/2022 à 13:24
Oui mais MS peut se planter,ils rebondiront vu qu'ils sont assis sur un trésor de guerre (Windows).

D'autre entreprise qui n'ont pas ce luxe, Sega a fait pas mal de chose (des CPU , des ordinateur ), ils se sont planté ,on les a plus jamais revu
3  0 
Avatar de what_the_hack
Inactif https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 12:16
Le président d'une banque critique le capitalisme ? Qu'est ce qu'il ne faut pas entendre.

Ne me comprennez pas mal, je sais bien que cette banque est différente des privées et le directeur n'en profite pas autant que ceux des privées. Leur but à eux n'est pas de voler. Mais leur institution reste au cœur du système capitaliste, c'est même l'une des fondations du capitalisme. Sans eux, les pays seraient bien moins connectés au niveau monétaire.
3  0 
Avatar de LittleWhite
Responsable 2D/3D/Jeux https://www.developpez.com
Le 18/01/2022 à 20:47
Je ne vois pas en quoi les autorités anti-trust ferait quelque chose. Microsoft n'a pas le monopole du marché du jeux vidéo (il y a toujours Sony et Nintendo), ni même le monopole du "Call Of Duty" (il y a toujours Battlefield).
Sinon, il faudrait aussi parler de Tencent ou encore de THQ qui deviennent de gros acteurs/racheteurs de studio ... ce qui appui mon point du: il n'y a pas de monopole.
2  0