IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Il était « presque » développeur d'Amazon Games et révèle les règles draconiennes qui l'ont poussé à refuser le poste
à cause de l'impact sur son passe-temps en tant que dev indépendant de jeux

Le , par Stéphane le calme

129PARTAGES

15  0 
En 2018, l'ingénieur logiciel James Liu a été invité à travailler chez Amazon. Mais il a été pris d'aversion pour certaines clauses du contrat de travail de l'entreprise, qui concernaient la création de jeux personnels en dehors du travail. Il a partagé un fragment du document sur Twitter, et sa publication est rapidement devenue virale.

Il est important de noter que le document fait référence à 2018, donc on ne sait pas si certains de ces points ont été modifiés au fil du temps. Il est également pertinent de noter que la position rejetée par James Liu n'était pas directement liée au développement de jeux vidéo d'Amazon Games, mais plutôt orientée vers l'ingénierie logicielle générale.

« En 2018, on m'a proposé un poste d'ingénieur en développement logiciel chez Amazon. J'étais prêt à accepter l'offre aussi, assez bien payé. J'ai dû refuser en raison de règles absolument draconiennes concernant le développement de jeux amateurs. Tout cela parce qu'Amazon Game Studios est manifestement incompétent », a-t-il indiqué sur un tweet.

Comme le souligne Liu, Amazon ne se soucie pas des employés qui créent leurs propres jeux pendant leur temps libre. Cependant, ils sont obligés d'utiliser les produits et services de l'entreprise lors du développement. Une autre clause du contrat stipule que les jeux des employés doivent être hébergés sur les plateformes Amazon. Par exemple, les titres mobiles doivent être soumis à l'Amazon Appstore . Les employés doivent également fournir des commentaires sur le fonctionnement de ces plateformes afin que l'entreprise puisse les améliorer.

Vous ne pouvez créer vos propres jeux qu'avec d'autres employés d'Amazon pour rester en dehors de la concurrence. De plus, les développeurs sont tenus de fournir des licences gratuites et entièrement payées à Amazon et de transférer les droits de propriété intellectuelle sur le jeu. Liu a également noté dans les commentaires qu'Amazon n'acquiert pas la propriété du jeu. Mais en même temps, elle peut le vendre ou le cloner sans payer de royalties.

Voici l'extrait qu'il a publié

« Pour développer ou publier un jeu personnel, vous devez lire et accepter les conditions suivantes avant de commencer tout travail ou de poursuivre tout travail non approuvé.

« En soumettant le ticket d'incident lié ci-dessous, vous acceptez chacune des conditions suivantes.
  1. Mon jeu personnel ne sera pas basé sur, n'entrera pas en conflit avec, ni ne divulguera des informations confidentielles d'Amazon ou des activités commerciales actuelles ou futures.
  2. Je n'utiliserai ni n'intégrerai de ressources ou d'informations Amazon dans le développement, la publication ou la commercialisation de mon jeu personnel. Cela inclut l'équipement Amazon, les connexions réseau, les informations confidentielles, le savoir-faire ou les installations.
  3. Tout travail sur mon jeu personnel sera effectué en dehors de mes heures de travail habituelles.
  4. Amazon n'est pas responsable des obligations ou responsabilités légales découlant de mon jeu personnel.
  5. Pour aider Amazon à améliorer ses plateformes, je mettrai mon jeu personnel à disposition via Amazon dans la mesure du possible (ex. : s'il s'agit d'un jeu mobile, je le soumettrai à l'Appstore d'Amazon*; s'il s'agit d'un jeu PC mis en vente, je le soumettrai pour être sur la plateforme Amazon) et fournir des commentaires sur ces plateformes lorsque cela est possible. La mesure dans laquelle Amazon distribue mon jeu personnel via ses plateformes reste à la seule discrétion d'Amazon.
  6. Pour aider Amazon à améliorer ses produits et services, j'utiliserai les produits et services d'Amazon accessibles au public dans le développement et la sortie de mon jeu personnel dans la mesure du possible (par exemple*: si j'exécute un service dans le cloud dans le cadre de mon jeu personnel, j'utiliser AWS*; si j'utilise un courtier d'identité pour mon jeu personnel, j'utiliserai Amazon Cognito*; etc.) et fournirai des commentaires sur ces produits et services dans la mesure du possible. Je suis responsable des frais associés à l'utilisation de ces produits et services.
  7. Je posséderai mon jeu personnel. Cependant, Amazon ne sera pas contraint dans son développement de jeux ou n'encourra aucune responsabilité en me permettant de développer et de publier des jeux personnels. En conséquence, j'accorde par la présente la licence suivante à Amazon pour m'assurer qu'Amazon ne sera jamais responsable envers moi de tout travail d'Amazon sur les jeux*: j'accorde à Amazon une licence libre de droits, mondiale, entièrement libérée, perpétuelle et transférable à tous de mes droits de propriété intellectuelle liés au jeu personnel et au développement de mon jeu personnel.
  8. Cet accord me donne une opportunité de développement personnel et d'expression créative et non un moyen de rivaliser avec Amazon Games Studio ou d'exploiter une entreprise commerciale significative. En tant que tel, en vertu de cet accord, je ne peux collaborer sur des jeux personnels qu'avec d'autres employés d'Amazon qui sont éligibles en vertu de cette politique et qui ont accepté les termes de cet accord, ou avec des personnes à charge mineures dans mon foyer. Je ne travaillerai pas sur des jeux personnels avec quelqu'un d'autre.


Allons-y point par point ici. Les éléments 1 à 4 sont assez standard en ce qui concerne les contrats de travail. Ce sont les cinquième et sixième points où les choses commencent à devenir un peu bizarres*: Amazon exige que vous utilisiez Amazon Web Services, l'Amazon Web Store ou l'un de ses services si vous publiez un jeu à votre rythme, même si vous travaillez dessus entièrement sur votre temps libre.

C'est inhabituel, mais le point 7 est l'endroit où les choses vont de mal en pis. Concrètement, développer un jeu indépendant tout en travaillant chez Amazon signifie que vous devrez accorder à l'entreprise des redevances et une licence de propriété intellectuelle du produit développé à Amazon. Le point 8 indique que le développement du propre jeu du développeur ne peut être réalisé qu'avec d'autres employés d'Amazon qui se prévalent de ces mêmes conditions d'accord. Il est strictement interdit de travailler sur un projet personnel avec une personne extérieure à l'entreprise.

La réaction de l'industrie

Liu a qualifié ces règles de « draconiennes » et a refusé de travailler chez Amazon malgré le salaire élevé. Il travaille maintenant chez Google.

Certains développeurs, après avoir lu le post, ont soutenu Liu. Ian, producteur de Fighting Chance, a partagé un extrait d'un contrat avec 2K qui interdit aux employés de « rabaisser » publiquement les produits et services de l'entreprise.


Sascha Wagentrotz , responsable du développement chez Grimlore Games, a qualifié le contrat d'Amazon de pire qu'il n'ait jamais lu. « Les entreprises devraient apprécier et se réjouir que leurs employés développent leurs propres jeux qui leur permettent de grandir en tant que professionnels », a-t-il écrit.


Cependant, il y avait aussi des développeurs qui n'ont rien trouvé de spécial dans le contrat. Il s'agit d'une pratique courante parmi les entreprises de jeux et de technologie, ont-ils estimé. C'est le cas de Rez Graham qui indique que : « la chose la plus étrange à ce sujet pour moi est que vous êtes autorisé à développer des jeux. Chaque contrat que j'ai eu comprend une clause de non-concurrence qui dit que vous ne pouvez rien développer en dehors du travail. Je ne dis pas que ce contrat est juste, juste très différent de ce que j'ai vécu ».


Ou encore cet autre qui déclare : « C'est plus qu'un peu draconien, bien sûr, mais à titre de comparaison, ActiBlizz obtient le premier refus sur tout ce que vous développez pendant que vous travaillez pour eux. Vous deviez également leur faire une présentation assez importante sur votre jeu*! »


Jon Wills, un ancien employé d' Amazon Game Studios, a noté qu'il ne voyait guère de telles règles dans son contrat avec l'entreprise. Même si d'autres employés ont laissé entendre qu'ils avaient vraiment de telles restrictions.


Un utilisateur a noté que les quatre premières clauses du contrat d'Amazon sont généralement bonnes et sont à bien des égards meilleures que les contrats standard avec les ingénieurs logiciels. Mais le reste semble trop contraignant : « Les quatre premiers points sont assez bons et bien meilleurs que le contrat d'ingénieur logiciel standard dans de nombreux endroits, qui revendiquerait la pleine propriété de toute IP que vous créez pendant votre emploi. Et puis j'ai vu le reste et j'ai été assez horripilé ».


Fondamentalement, l'idée est qu'en rejoignant l'équipe d'ingénierie logicielle de l'entreprise, toute liberté de création est pratiquement immédiatement éliminée. Cela implique que peu importe combien on peut créer un projet en dehors du cadre Amazon, tout ce qui l'inclut et en dérive doit être rapporté et lié à l'entreprise. Rappelons qu'à l'heure actuelle, Amazon Games n'a encore sorti aucun des jeux vidéo qu'il avait annoncés initialement.

La suite du parcours

À titre de comparaison, James travaille actuellement dans la division Google Maps en tant qu'ingénieur logiciel. James dit que son nouvel employeur a des politiques similaires pour l'utilisation des ressources de l'entreprise ou relatives à la propriété des brevets, mais qu'elles sont beaucoup moins restrictives que la politique d'Amazon Personal Games.

« Mon contrat de travail avec Google comporte une clause de cession d’invention typique de tout emploi dans une société d’ingénierie logicielle qui ne fait aucune mention explicite des jeux vidéo et est antérieure à la propriété ou à la gestion par Google d’un studio de jeux », a expliqué James Liu. « J’avais obtenu une exception explicite pour le jeu que je développe comme passe-temps et sur lequel je travaille via un processus interne, qui renonce à la revendication de Google sur les droits d’auteur du travail que je fais pour le projet, mais ne renonce pas à sa revendication de brevets sur le code que j’écris ».

« Séparément, puisque le jeu sur lequel je travaille est libre et open source, les politiques open source de Google s’appliquent, qui donnent généralement une approbation générale pour tout ce qui possède des licences FOSS suffisamment permissives », a-t-il poursuivi. « Il y a une clause disant que je ne devrais pas utiliser les ressources ou les connaissances de Google, mais aucune clause indiquant que je dois le distribuer sur les canaux fournis par Google, utiliser les Google Services, ni donner à Google une permanence mondiale [royalty-free] licence pour vendre/redistribuer mon travail développé durant mon passe-temps ».

Sources : James Liu, Anna, Jon Wills, DJarcas, Rez Graham, Sascha, Ian

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Partagez-vous le point de vue des développeurs qui pensent que les restrictions sont draconiennes ou celui des développeurs qui pensent que les conditions ne sont peut être pas justes, mais elles sont répandues dans l'industrie ?
Avez-vous déjà rencontré une situation similaire durant votre parcours professionnel ? Partagez votre expérience.

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de natponch
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/07/2021 à 0:02
À la hauteur de l'entreprise Amazon qui achète les gens en leur proposant moins cher qu'ailleurs, avec tous les sacrifices que cela implique des personnes qui travaillent pour eux. À fuir
4  0 
Avatar de Astraya
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/08/2021 à 21:09
C'est surtout qu'ils savent que ca ne tient absolument pas devant un juge. Ca va pour eux tant que ca ne se sait pas
2  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 12/07/2021 à 19:51
Chaque boite a sa propre politique.
On est ok, on signe, on n'est pas d'accord, on va voir ailleurs.
La vraie question est de savoir s'il s'agit d'une clause abusive. Apparemment, aucun des commentateurs ne semble le penser. Draconien, peut-être, mais abusif, clairement pas.
3  6