Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Covid-19 : l'OMS recommande de jouer aux jeux vidéo « chacun de son côté, mais ensemble » le temps de l'épidémie,
Pour la promotion à grande échelle des mesures de distanciation sociale

Le , par Patrick Ruiz

8PARTAGES

10  0 
Avec mars 2020 qui tire à petits pas à son terme, cela va faire à minima trois mois que la pandémie de coronavirus dicte sa loi. Le travail en ligne connaît probablement son boom le plus important de l’histoire. Du coup, c’est l’utilisation d’Internet qui se retrouve en hausse très importante, ceci à cause de facteurs additionnels comme une fréquentation plus importante des plateformes en ligne de distribution des contenus de divertissement.

La plateforme Steam par exemple bat désormais son record de tous les temps : elle culmine à un pic sur 24 heures de 23 571 959 utilisateurs en simultané. Même si l’on tombe à une moyenne de 5 millions d’individus qui jouent de façon active sur une base hebdomadaire, cela demeure une sacrée audience ; une mine d’or en ces temps où il y a des messages de survie à faire passer au plus grand nombre.


C’est la raison pour laquelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lance l’initiative PlayApartTogether (jouer chacun de son côté, mais ensemble). C’est un partenariat initié le 28 mars dernier avec une vingtaine d’éditeurs, dont Activision Blizzard. L’objectif : mener une vaste campagne de promotion pour rappeler les mesures de distanciation sociale recommandées pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Messages, récompenses ou événements intégrés aux jeux des éditeurs participants sont au menu des approches utilisées.

« En donnant l'accès à des événements spéciaux, des exclusivités, des activités, des récompenses et de l'inspiration à certains des jeux les plus populaires au monde, #PlayApartTogether encourage les utilisateurs à adopter les meilleures pratiques pour le bien de leur propre santé et celle de leurs familles et communautés. En intégrant des messages de protection contre le Covid-19 dans les jeux, l'industrie dit au monde entier : où que vous soyez, quel que soit le jeu auquel vous jouez, vous pouvez faire la différence », indique le communiqué y relatif.


Les jeux vidéo peuvent être non seulement une bonne distraction, mais aussi un moyen de se connecter socialement avec ses amis et sa famille. De nombreux titres auxquels on joue sur les consoles de jeux comme la Xbox One de Microsoft, la Nintendo Switch et la PlayStation 4, le sont avec d'autres personnes à la maison ou via des connexions en ligne. Les smartphones, tablettes et autres plateformes mobiles offrent les mêmes possibilités. Toutefois, le problème avec les jeux vidéo (que l’OMS recommande désormais le temps de la pandémie) est celui de l’addiction.

En effet, en 2009 en Corée du Sud, un couple accro au jeu de rôle en ligne Prius (qui impose de prendre soin de personnages virtuels) a laissé mourir de faim son bébé de trois mois né prématurément, car les deux parents étaient trop occupés à nourrir leurs personnages virtuels. En 2010, c’est un jeune sud-coréen de 32 ans qui a trouvé la mort après avoir joué sur internet environ cinq jours sans presque s’arrêter. En 2014, un jeune sud-coréen de 22 ans a été incarcéré pour avoir laissé mourir de faim son fils de 2 ans alors qu’il était préoccupé à passer son temps à jouer aux jeux en ligne. En 2015, ce fut un jeune Chinois qui se trancha la main pour en finir avec son addiction à internet. Autant de cas qui ont certainement poussé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à plancher sur ce problème , l’OMS s’est demandé s’il fallait classer l’addiction aux jeux vidéo comme une pathologie au même titre que l’addiction à la cocaïne ou aux jeux d’argent.

En juin 2018, et ce en dépit de l’opposition des éditeurs de jeu, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement reconnu l'addiction aux jeux vidéo comme maladie mentale. À mi-parcours de l’année 2019, l’organisation a procédé à une mise à jour de sa Classification internationale des maladies (CIM) dans laquelle le "trouble du jeu" a intégré la liste des maladies modernes.

Pour un revirement, c’en est un de la part de l’OMS dont on a déjà précisé l’objectif. Toutefois, d’avis d’observateurs, c’est une initiative dont les éditeurs de jeux seuls vont tirer profit.

« Monsieur, vous ne pouvez pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Le jeu peut créer une dépendance. L'OMS l'a souligné l'année dernière. Avec le retour des enfants dans les classes virtuelles, pourquoi l'encourager ? Les seuls gagnants avec cette initiative seront les sociétés de jeux », lance un internaute.


Sources : Twitter, Steam

Que pensez-vous de cette initiative de l’Organisation mondiale de la santé ?
Peut-elle s’avérer efficace comme incitatif au respect des mesures de distanciation prescrites dans la lutte contre le coronavirus ?
Partagez-vous l’avis selon lequel la crise de coronavirus ne va profiter qu'aux éditeurs de jeux vidéo ?

Voir aussi :

Les loot box des jeux vidéo sont illégales et exposeraient les joueurs vulnérables à la dépendance, estime la justice belge
Chine : il se coupe la main pour se libérer de son addiction à internet, près de 24 millions de jeunes accros au Web dans le pays
L’addiction à l’iPhone peut entraîner des troubles émotionnels, cognitifs et physiologiques, d’après les résultats d’une recherche
Que pensez-vous de l’addiction des jeunes aux nouvelles technologies ? À 12 ans, elle empoisonne sa mère pour avoir confisqué son iPhone
Game of War : un joueur dépense 1 million de dollars en achat in-app dans ce jeu de type MMO sur les 4,8 millions de dollars qu’il a détournés
Marché mondial des jeux vidéo : le mobile va représenter plus de la moitié des revenus en 2018, soit plus que les jeux de consoles et PC combinés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/03/2020 à 8:07
Madame Zirinsky a une vision bien binaire des choses. Le jeu vidéo a des cotés positifs, et des cotés négatifs(comme à peu près tout). L'OMS recommande un usage temporairement plus important que d'habitude - ce qui vu les circonstances, ne me parait pas absurde. Mais les zélotes idéologiques ne veulent entendre qu'une seule voie - celle de leur doctrine - et tant pis pour la situation spécifique.
2  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 01/04/2020 à 10:23
J'ai qu'une chose à dire, depuis que j'ai déménagé j'ai qu'une connexion 4G faiblarde, pas toujours opérationnelle, digne d'un 56k...
Donc le jeu... Quand il faut télécharger des Gio de données...
Ou même quand pour pouvoir jouer il faut être connecté à un serveur (même pour du jeu en solo)...
0  0